MARGUERITE AUDOUX

"Marguerite Audoux (1863-1935) représente la condition féminine ouvrière du premier XXe siècle"
Frédéric Fabre

BIOGRAPHIE DE MARGUERITE AUDOUX

LE 7 JUILLET 1863: Marguerite Audoux, de son vrai nom Marguerite-Marie Donquichote est née à Sançoins dans le Cher.

1866: Sa mère meurt. Son père se console dans la boisson.

1868:  Son père devenu alcoolique l'abandonne avec sa soeur Madeleine. Elles sont recueillies par une tante quelques temps avant d'être à nouveau abandonnées. Elles se retrouvent toutes deux, à l'hôpital général de Bourges. Marguerite fréquente alors l'atelier de couture sous la conduite d'un tailleur de Neuvy-sur-Barangeon.

1877:  Marguerite est envoyée en Sologne à Sainte Montaine dans la ferme Berrué à huit kilomètres d’Aubigny, pour garder les moutons.

1881: La petite bergère n'est pas heureuse dans ce travail, elle veut vivre d'une autre manière et s'enfuit du Berry vers Paris. Elle entre comme femme de service mais elle subit encore une vie de privation et de difficultés. Ses Maîtres parisiens ne sont pas meilleurs que ceux du Berry.

1895: Elle crée un vrai atelier de couture, prenant alors le nom de Audoux, patronyme de sa mère au 5 rue Victor Considérant à Paris. Tout en faisant de la couture, elle écrit, avec en plus, des problèmes de vue ce qui n'est pas très favorable pour la couture.

Son atelier lui fait rencontrer des amis écrivains dont Alain Fournier, Octave Mirbeau,  Léon-Paul Fargue, Valery Larbaub, Marcel Proust, André Gide et Jean Giraudoux.

1897-1908 Elle participe au "groupe de Carnetin". Un groupe d'écrivains qui se réunissent régulièrement dans ce village de Seine-et-Marne.

1909 - 1935: Elle habite au 10 rue Léopold Robert à Paris.

  1910:  PUBLICATION sous la direction de Valéry Larbaub, chez E. Fasquelle - Paris; Bibliothèque Charpentier; 261 pages avec une préface d'Octave Mirbeau de Marie-Claire qui obtient le Prix Femina.

Nouvelle édition en 1925 chez Fayard et Cie (Livre de demain, n°20) avec 21 bois originaux de Paul Emile Colin.

Troisième édition en 1930 chez La Société des éclectiques du livre avec des bois gravés de Gabriel Bélot.

Son existence, par la littérature, devient meilleure, elle trouve un vrai confort et peut, à la mort de sa soeur Madeleine, élever ses neveux et nièces.

1917: Surmontant la maladie, elle poursuit son oeuvre littéraire. Elle écrit "L'atelier de Marie-Claire" et passe l'hiver sur la côte d'Azur.

 1920: PUBLICATION de  L'Atelier de Marie-Claire chez E. Fasquelle Paris , Bibliothèque Charpentier; 259 pages. Une nouvelle édition sera publiée en 1928 chez Fayard et Cie (Livre de demain, n°60) avec 47 bois originaux de Renefer.

1926: PUBLICATION de "De la ville au moulin" chez E. Fasquelle -Paris, Bibliothèque Charpentier, 253 pages.

1932: PUBLICATION de "La fiancée" Seize contes, incluant les neuf du Chaland de la Reine chez  E. Flammarion Paris, Bibliothèque Charpentier, 248 pages.

1935: Elle déménage au 71 rue de la Convention à Paris.

Octobre 1936: De plus en plus malade, elle déménage vers le Sud de la France, pour Saint Raphaël

  Le 31 janvier 1937: Marguerite Audoux meurt à Saint Raphaël. Elle est enterrée dans le cimetière de cette ville.

1937: PUBLICATION de "Douce Lumière" chez Grasset Paris, 251 pages.

Naissance du journal féminin "Marie claire"

LIENS EXTERNES

Aubigny-sur-Nère dans le Berry : http://www.aubigny-sur-nere.fr/

Musée de Marguerite Audoux à  Aubigny-sur-Nère : http://www.tourisme-sauldre-sologne.org/

Visitez aux alentours, dans un rayon de huit kilomètres entre Sainte-Montaine et Pierrefitte-sur-Sauldre, la ferme de Berrué appelée Villevieille dans Marie-Claire.

Contactez nous par téléphone, par e mail ou sur facebook :

webmaster@bookine.net