ALEXANDRE DUMAS

"Alexandre Dumas (1802-1870) est le mal aimé de la littérature française alors qu'il a écrit des livres lus dans le monde entier"
Frédéric Fabre

Cliquez sur un lien bleu pour accéder :

- A LA BIOGRAPHIE D'ALEXANDRE DUMAS

- A LA BIBLIOGRAPHIE D'ALEXANDRE DUMAS

- AUX LIVRES GRATUITS D'ALEXANDRE DUMAS

- AU DISCOURS POUR SON ENTRÉE AU PANTHÉON

- AUX CITATIONS D'ALEXANDRE DUMAS

- AUX ANECDOTES SUR ALEXANDRE DUMAS.

BIOGRAPHIE D'ALEXANDRE DUMAS

1802: Alexandre Dumas est né le 24 juillet à Villers-Cotterêts, dans l'Aisne.

Il est le fils du général républicain Thomas Alexandre Dumas-Davy de La Pailleterie et d'Elisabeth Labouret qui appartient, non pas au peuple, mais à la petite bourgeoisie du négoce : son père, Claude, tient à Villers-Cotterêts l'hôtellerie de L'ECU de FRANCE.

Son père Thomas Alexandre Dumas, né en 1762 à Saint Domingue, était le fils naturel d'Antoine Alexandre Davy, marquis de la Pailleterie (1710-1786) et d'une esclave noire, Marie-Zézette Dumas, morte en 1772.

Alexandre Dumas est par conséquent un quarteron,  un quart de sang noir pour trois quart de sang blanc. Le patronyme qu'il fera sien est un nom servile mais son père,  l'adoptant comme nom de guerre lorsqu'il s'était engagé dans les dragons de la reine, l'a illustré sur les champs de bataille de la révolution, des Pyrénées aux Alpes, de la Vendée au MontCenis, de la Lombardie aux déserts d'Égypte.

Il a une sœur aînée, Marie Alexandre (1793-1881) qui épousa un fonctionnaire des finances, Joseph Marie Victor Le Tellier.

1806: Son père meurt le 26 février. La mère d'Alexandre Dumas ne bénéficie d'aucune pension puisque son père était en disgrâce. Napoléon l'avait laissé subir, dans les prisons du roi Ferdinand de Naples, une longue captivité qui l'avait épuisé.

1808: Le Grand Père maternel, Claude Labouret meurt.

1811-1813: Alexandre Dumas est élève à l'école de Villers-Cotterêts que dirige l'abbé Grégoire.

1816:  La mère d'Alexandre arrive à obtenir un bureau de tabac.

1817: Alexandre Dumas devient clerc de notaire, à Villers-Cotterêts dans l'étude de Maître Mennesson, un notaire républicain ami de la famille. Il se montre plus motivé par la pratique de la chasse et des femmes que par l'étude du droit.

1818: Il rencontre une modiste, Adèle Dalvin qui devient sa première maîtresse.

1819: Il fait la connaissance d'Adolphe Ribbing de Leuven (1800-1884) fils d'un suédois régicide qui avait été l'amant de Madame de Staël. Le jeune Leuven le choisit comme collaborateur pour écrire plusieurs pièces de théâtre. Il lui transmet les rudiments de l'art dramatique et l'initie à la poésie moderne.

1822: Alexandre Dumas quitte l'étude de Maître Mennesson pour travailler dans l'étude notariale de Maître Lefèvre à Crépy en Valois. Il sera congédié la même année.

En Novembre, il se rend pour la première fois à Paris en compagnie d'Adolphe de Leuven. Il fait la connaissance de l'acteur Talma.

1823: Alexandre Dumas s'installe à Paris. Pour pouvoir manger, il doit vendre son chien comme D'Artagnan devra vendre son cheval à son arrivée à Paris au début des trois mousquetaires. Grâce aux recommandations de l'un de ses cousins et du Général de Foy, député de l'Aisne, il parvient à se faire engager chez le duc d'Orléans pour un modeste poste d'expéditionnaire. Il y fait la connaissance d'Hippolyte Lassagne, journaliste et auteur de théâtre. Grâce à lui, il découvre la vie littéraire parisienne et lit Walter Scott, Schiller, Goethe, Lamartine, Byron, Fénimore Cooper  et de nombreux mémoires historiques alors à la mode.

Dumas s'installe dans une chambre qu'il a louée 1 Place des Italiens actuellement Place Boieldieu. Il devient l'amant de sa voisine de palier, la lingère Catherine Labay (1793-1868)

1824: Naissance en juillet d'Alexandre Dumas fils, fruit de la liaison de Dumas avec Catherine Labay. Alexandre Dumas ne le reconnaît pas.

1825: En septembre, première représentation à l'Ambigu, de la pièce La chasse et l'amour, vaudeville en un acte que Dumas a écrit sous le nom de Davy en collaboration avec Adolphe de Leuven.

En décembre, il fait publié son Élégie sur la mort du Général Foy décédé le 28 novembre sous le nom de Davy. Il rencontre Casimir Delavigne qui protège ses débuts de carrière.

1826: En novembre, il réussit à faire représenter à la Porte Saint-Martin la Noce et l'Enterrement, vaudeville en 3 actes que Dumas a écrit sous le nom de Davy en collaboration avec Lassagne et Gustave. Cette pièce connaît un certain succès.

1827: Dumas assiste aux représentations d'une troupe anglaise venue à Paris jouer des pièces de Shakespeare. Les acteurs Kean et Harriet Smithson font partie de cette troupe. Il y décèle les ficelles de l'art dramatique. Toute sa vie, il collaborera à des pièces de théâtre aujourd'hui oubliée et à la mise au théâtre de ses grands romans feuilletons. Il aurait très bien pu être connu pour son oeuvre théâtrale si elle n'avait pas été teintée par l'époque.  

Alexandre Dumas est accueilli au salon Villenave où il séduit tout le monde: «Parmi nos fidèles est un jeune homme d'un vrai talent, le fils du général Alexandre Dumas. C'est un poète facile et brillant qui se croit romantique et qui ne l'est pas : il dit et ne lit jamais ; sa mémoire est prodigieuse: elle a retenu 30 ou 40 mille vers» écrit Mathieu Villenave à la princesse de Salm. Très vite, Dumas devient l'amant de la fille du maître du salon Mélanie Villenave épouse Waldor (1796-1872), elle même femme de lettres.

1828: Grâce aux recommandations de Charles Nodier, Dumas est reçu par le baron Taylor à la Comédie Française. Il lui lit, Christine, une tragédie en vers qu'il vient d'écrire. La pièce sera présentée au comité de lecture mais ne sera pas jouée, d'autres pièces concurrentes abordant le même sujet.

Alexandre Dumas écrit en quelques semaines une nouvelle tragédie: Henri III et sa cour. Cette pièce sera lue chez Mélanie Waldor et à la Comédie Française. En raison de ses absences, son traitement est suspendu. Il perçoit un prêt de 3000 F de la part du banquier Laffitte. Il ne se rend plus au bureau sans démissionner. Il a une nouvelle maîtresse, l'actrice Virginie Bourbier.  

1829: La mère de Dumas subit une attaque d'apoplexie le 8 février. Elle restera paralysée jusqu'à sa mort en 1838.

Dumas acquiert la célébrité en une soirée le 11 février, lors de la première représentation à la Comédie Française de Henri III et sa cour. Il devient un des chefs du romantisme et le duc d'Orléans le nomme bibliothécaire adjoint avec un traitement mensuel de 1 200 F.

Grâce à son ami Charles Nodier, Dumas rencontre Victor Hugo. Leur amitié sera orageuse mais résistera jusqu'à la mort.

Alexandre Dumas retravaille sa pièce Christine.

1830: 25 février, Dumas assiste à la bataille de la première d'Hernani, la pièce de Victor Hugo. Il est consacré comme l'un des chefs de file du mouvement romantique.

Le 30 mars, la première de Christine au théâtre de l'Odéon est un succès

Fin juin: il devient l'amant de l'actrice Bell Krelsamer dite Mélanie Serre (1800-1875).

Dumas prend part à la révolution de juillet 1830. Il part en mission pour la Vendée mais son rapport est fraîchement accueilli.

1831: En janvier, la première de Napoléon à l'Odéon est un échec.

15 février: Déçu de n'être pas nommé Ministre, le père de son protecteur étant devenu roi de France, Dumas démissionne de ses fonctions de bibliothécaire.

Marie-Alexandrine fille de Dumas et de Bell Krelsamer, naît le 5 mars. Alexandre Dumas la reconnaît et reconnaît pour en avoir la garde, son premier fils Alexandre Dumas fils, fruit de sa liaison avec Catherine Labay.

3 mai: première à la Porte Saint Martin, d'Antony, drame en 5 actes interprété par Marie Dorval et Bocage, conte l'amour impossible d'Adèle et d'Antony. C'est un triomphe. Dumas a une liaison avec Marie Dorval.

1832: Teresa est jouée pour la première fois le 6 février, avec Bocage et Ida Ferrier (1811-1859) la nouvelle maîtresse de Dumas.

En mai, à la porte Saint-Martin, La Tour de Nesle, pièce écrite en collaboration avec Fréderic Gaillardet est jouée pour la première fois. La pièce connaît un immense succès, mais la collaboration entre les deux auteurs déclenche une vive polémique, un procès et même un duel. Gaillardet reconnaîtra en 1861 le rôle capital de Dumas dans l'écriture de cette pièce.

21 juillet: Il part voyager en Suisse.

En septembre, il rencontre Chateaubriand à Lucerne et la reine Hortense à Arenenberg.

1833: Il fait publier Gaule et France. Il rédige la Vendée et Madame sous le nom du Général Dermoncourt.

28 décembre: Angèle est jouée avec notamment Ida Ferrier et Bell Krelsamer pour la première fois à la Porte Saint Martin. 

1834: Alexandre Dumas publie ses premières Impressions de Voyage en Suisse. Il publiera tout au long de sa vie plusieurs récits de voyage.

1835: Il voyage en Italie avec Ida Ferrier. Il publie Souvenirs d'Antony et Isabel de Bavière.

1836: Kean est créé le 31 août. L'acteur Fréderick Lemaître tient l'un des principaux rôles. C'est un grand succès que Jean Paul Sartre reprendra.

Dumas entame une collaboration avec la Revue de Paris. Celle-ci durera jusqu'en 1844.

En Juin, il accepte la fonction de critique dramatique à La Presse, nouveau journal fondé par Émile de Girardin.

1837: Dumas est nommé chevalier de la Légion d'Honneur. Il collabore avec Gérard de Nerval à un opéra comique, Piquillo.

Sa pièce Caligula créée à la Comédie Française avec Ida Ferrier, connaît un échec retentissant.

1838: Dumas publie son premier roman, Le Capitaine Paul, en feuilleton sans la revue le Siècle puis La Salle d'Armes.

En Août, sa mère meurt. Dumas voyage à Bruxelles, en Belgique puis en Allemagne. Il retrouve Gérard de Nerval en Allemagne et visite avec lui la Rhénanie.

En décembre, Gérard de Nerval présente Auguste Maquet à Dumas. Ce jeune professeur d'histoire l'aidera à écrire ses premiers romans. A partir d'un canevas élaboré par Auguste Maquet ou en commun, Dumas y apporte son talent romanesque : il développe le récit en y ajoutant personnages secondaires et dialogues.

Il fonde avec notamment Hugo, Georges Sand, Théophile Gauthier et Balzac, la Société des gens de lettres, une association d’auteurs destinée à défendre le droit moral ainsi que les intérêts patrimoniaux et juridiques des auteurs de l’écrit .

1839: Dumas connaît son plus gros succès de théâtre avec Mademoiselle de Belle-Isle créée à la Comédie française. Mademoiselle Mars est l'actrice principale. Quatre cents représentations seront données de 1839 à 1844.

Il commence Crimes Célèbres une série de 8 volumes.

1840: Dumas commence a écrire industriellement Napoléon, Othon Larcher, Les Stuarts, Maître Adam Le calabrais, le Maître d'Armes et les aventures de John Davys, d'après un texte anglais.

Le 5 février, Dumas épouse l'actrice Ida Ferrier. Ils s'installent à Florence, en Italie avec sa femme.

1841: Il publie Praxède, Nouvelles Impressions de Voyage dans le Midi de la France, Souvenirs de voyage: Excursion sur les Bords du Rhin et Une Année à Florence. Il entreprend une histoire des régiments de l'armée française dont le 2e, le 23e et le 24e régiment d'Infanterie.

Le 1er juin, Un mariage sous Louis XIV est créé à la Porte Saint Martin.

1842: Dumas connaît son premier succès de romancier avec la publication du Chevalier d'Harmental, en collaboration avec Auguste Maquet. Il publie aussi Jehanne la pucelle, le Speronare, le capitaine Arena et les aventures de Lyderic.

En juin, il effectue une croisière avec le prince Napoléon. Il visite la Corse, l'Île d'Elbe, et l'Île de Monte-Cristo.

En juillet, Dumas retourne à Florence.

Le 3 août, il assiste aux obsèques du Duc d'Orléans.

En Septembre, Dumas rentre s'installer à Paris, laissant Ida Ferrier à Florence.

1843: Il publie Le Corricolo et la Villa Palmieri dans Impressions de Voyage. Il écrit aussi industriellement Un alchimiste au XIXe siècle concernant Henry de Ruolz, Filles, Lorettes et Courtisanes, Albines, Georges, Ascanio et, en collaboration avec Auguste Maquet, Sylvandire.   

En juin, Dumas emprunte à la Bibliothèque municipale de Paris, les Mémoires de d'Artagnan et rencontre à Marseille, l'actrice Rachel.

Le 25 juillet, c'est la première à La Comédie Française, des Demoiselles de Saint-Cyr que Dumas a écrit en collaboration avec Leuven et Brunswick. Ensemble, ils écrivent également Louise Bernard dont la première est à La Porte Saint-Martin en Novembre et Laird de Dumbicky dont la Première a lieu à l'Odéon, en décembre.

Dumas décide de s'installer à Saint-Germain en Laye. Il conserve toutefois son domicile au 109 Rue Richelieu à Paris

1844: Dumas publie Les Trois Mousquetaires, le récit des aventures de d'Artagnan, Athos, Porthos et Aramis, unis par leur devise " Un pour Tous, tous pour un". Auguste Maquet a collaboré à ce roman, mais Alexandre Dumas le signe seul. Il publie aussi Fernande, LouisXIV et son siècle, Amaury, Cécile, Une Famille Corse qui deviendra les Trois Frères Corses, Gabriel Lambert et Simples Lettres sur l'Art Dramatique.

Dumas achète un terrain à Port-Marly et fait bâtir le Château Monte-Cristo, un château de style composite, à la fois Renaissance, baroque et gothique.

1845: Dumas publie en collaboration avec Auguste Maquet, Vingt ans après avec les personnages des Mousquetaires, le comte de Monte-Cristo, Une fille du régent, La reine Margot, les Médicis, La Guerre des femmes et le Chevalier de Maison Rouge.

Pour les enfants, il écrit Histoire d'un Casse Noisette et La Bouillie de la Comtesse Berthe.   

En février, Eugène de Mirecourt publie son pamphlet : Fabrique de Romans, Maison Alexandre Dumas et compagnie, pour dénoncer en Dumas un chef d'exploitation coupable de faire écrire les livres qu'il signe par des auteurs besogneux. Dumas a appliqué au roman feuilleton la pratique de l'époque dans l'écriture des pièces de théâtre. Alexandre Dumas proteste officiellement auprès de la Société des Gens de lettres et porte plainte au tribunal. Il obtiendra le 16 mai, la condamnation de Mirecourt en correctionnelle.

En réalité, les mécanismes du travail de Dumas sont aujourd'hui connus: sur une idée première, apportée par Auguste Maquet ou Dumas lui-même, les collaborateurs élaborent, au cours d'une séance de travail, un plan, parfois des «bottes de plans» lorsque plusieurs romans vont de conserve; ensuite Maquet rédige une première version qui, triplée ou quadruplée par Dumas sur de grandes feuilles de papier bleu tendre, est remise aux directeurs des feuilletons. Si Auguste Maquet a bien écrit les grands romans signés Dumas, c'est bien Dumas qui a apporté son génie pour que ses romans deviennent des chefs d'oeuvre et traversent les siècles.

1846: Dumas publie en collaboration avec Auguste Maquet, La Dame de Monsoreau, Le Bâtard de Mauléon, Joseph Balsamo et en collaboration avec Paul Meurice, Les Deux Diane.

Il fait construire son propre théâtre qu'il baptise le Théâtre-Historique pour accueillir les pièces de plusieurs auteurs européens dont Shakespeare, Goethe, Calderon et Schiller.

Le ministre de l'Instruction Publique lui demande d'écrire sur l'Algérie alors colonie française. Le Gouvernement lui paie le voyage.

En Octobre, Dumas part avec ses collaborateurs et son fils. Ils voyagent d'abord en Espagne où il assiste au mariage du Duc de Montpensier avec l'infante Marie-Louise. En novembre, à Cadix, il prend une frégate de la Marine laissée à sa disposition par le Gouvernement, le Véloce. Il se rend en Afrique du Nord à Tanger, Tetouan, Oran, Alger, Blida et Tunis.

1847: Les voyageurs quittent Alger à bord de l'Orénoque à destination de Toulon.

Dumas inaugure son Théâtre Historique en février avec la Reine Margot. Beatrix Person, la nouvelle maîtresse de Dumas, obtient un rôle dans la pièce.

En juillet, il inaugure son château de Monte-Cristo, à Port-Marly. Plus de 600 invités sont conviés à cette fête.

Il a ses premiers ennuis judiciaires qui vont le conduire à la faillite. La Chambre des Députés interpellent ses dépenses somptuaires lors de son voyage en Afrique du Nord. Le Tribunal Civil le condamne le 19 février au profit des journaux La Presse et Le Constitutionnel pour retard de livraison de feuilletons.

Il publie Impressions de voyage, De Paris à Cadix et Les Quarante-Cinq.

1848: En collaboration avec Auguste Maquet, Dumas publie Le Vicomte de Bragelonne, le Véloce ou Tanger, Alger et Tunis.

En février, le tribunal prononce la séparation de biens des époux Dumas. Ida Ferrier obtient une pension de 6000 F et le remboursement de sa dot de 120 000 F.

Auguste Maquet attaque Dumas en justice pour comptes en retard et pour recouvrer sa propriété sur les livres écrits en commun. Les deux auteurs trouvent un accord. Auguste Maquet cède tous ses droits sur les romans écrits avec Dumas moyennant la somme de 145 200 F payables en onze ans.

Auguste Maquet collabore avec Dumas pour écrire les pièces qui mettent en scène au Théâtre Historique tous les héros de ses romans feuilletons. 

Dumas participe à la Révolution de 1848 en qualité de commandant de la garde nationale. Il applaudit l'avènement du régime espéré: La République. Il tente de se faire élire député dans l'Yonne, en Seine, en Seine et Oise et à Pointe à Pitre en Guadeloupe. Il était possible de se présenter dans plusieurs départements lors d'une élection législative mais il ne sera élu nulle part alors que Lamartine est à la tête du Gouvernement provisoire et que ses amis Victor Hugo et Eugène Sue sont à la chambre des députés. Il choisit alors de créer un journal éphémère, dans lequel il ne se montre pas défavorable à l'irrésistible ascension du Prince président.

Le château de Monte Cristo est mis en vente aux enchères publiques. Il est adjugé 30 100 F à Monsieur Doyen, prête nom d'Alexandre Dumas.

Il a pour maîtresse une nouvelle actrice Célestre Scrivaneck (1823-1910)

Alexandre Dumas fils publie son roman La dame aux camélias.

1849: Il publie Les mille et un fantômes avec la collaboration de Paul Bocage.

Avec Auguste Maquet, il publie Le collier de la reine, la régence, Louis XV.

Marie Dorval meurt. Alexandre Dumas, en mémoire de l'une de ses anciennes maîtresses, trouve l'argent des obsèques.

1850: Il publie La tulipe noire, La femme au collier de velours, Le trou de l'Enfer, La Colombe, Louis XVI et Dieu dispose.

Isabelle Constant (1834-1900) nouvelle maîtresse joue dans la pièce Urbain Grandet créée avec la collaboration d'Auguste Maquet, au Théâtre Historique. 

Il a aussi une liaison avec Anne Bauër qui mettra au monde un fils Henry Bauër considéré par conséquent comme son fils naturel.

Dumas est poursuivi pour dettes. Le Théâtre Historique est fermé le 16 octobre.

Auguste Maquet, plus payé, cesse toute collaboration sauf pour les livres en cours d'écriture.

Le 20 décembre, le Théâtre Historique est déclaré officiellement en faillite. Ruiné, Dumas sera obligé de vendre aux enchères, le Château Monte-Cristo .

1851: Les poursuites contre Dumas s'intensifient: le 11 décembre, la Cour d' Appel confirme le jugement du 20 décembre 1850. Comme tous les banqueroutiers, il fuit la contrainte par corps, en se réfugiant en Belgique: « Mon père [...] a perdu un procès qui peut lui mettre deux cent mille francs à payer sur le dos, et il est bon qu'il soit hors de Paris pendant qu'on arrange cette affaire », confie à Elisa Corcy Alexandre Dumas fils qui a accompagné son père. Il profite du coup d'état de décembre pour se réfugier à Bruxelles et échapper aux 150 créanciers qui le poursuivent. Il y retrouve beaucoup d'opposants à Napoléon III dont Victor Hugo.

Auguste Maquet continue à collaborer pour publier Le Drame de Quatre Vingt Treize, Ange Pitou et  Olympe de Clèves.

En décembre, La Presse commence la publication de ses Mémoires.

1852: Son mobilier est vendu par décision de justice le 5 janvier. Il est déclaré commerçant en faillite personnelle le 20 janvier

Auguste Maquet continue à collaborer pour la Comtesse de Charny, un Gil Blas en Californie, les drames de la mer, la Maison de Savoie.

La première représentation théâtrale de La dame aux camélias de Dumas fils est triomphale. Cette période de succès pour Dumas Fils coïncide avec les premiers graves échecs d'Alexandre Dumas père.

En juillet, Dumas accompagne Victor Hugo jusque Anvers. Ce dernier s'embarque alors pour Jersey.

1853: Il publie Le Pasteur d'Ashbourne, Isaac Laquedem et Ingénue en collaboration avec Auguste Maquet.

Dumas alterne séjours à Bruxelles et à Paris. Il négocie au mieux le règlement de sa faillite avec l'aide d'un secrétaire Noël Parfait qui lui évite la prison. En mai, il obtient son concordat.

Dumas fonde un quotidien: Le Mousquetaire dont le premier numéro sort le 12 novembre. Ce journal paraîtra jusqu'en 1857.

1854: Il publie La jeunesse de Pierrot, Une vie artiste, Catherine Blum, Saphir, Les mohicans de Paris et Souvenirs de 1830 à 1842.

La comtesse Dash collabore à la collaboration de Vie et Aventures de la Princesse de Monaco.

Sa pièce, La Jeunesse de Louis XIV est jouée au Vaudeville de Bruxelles.

En Octobre, Dumas quitte Bruxelles et se réinstalle rue d'Amsterdam à Paris. Il y restera jusqu'en 1861.

Michel Lévy fait un procès à Dumas prétendant que Lockroy sous contrat avec lui, avait collaboré à la Conscience.

Dumas s'estimant à son tour, lésé par le Journal Le Siècle et Michel Lévy répond en soumettant le différend devant les tribunaux. Il obtient gain de cause par un jugement du 1er décembre.

1855: Il publie La dernière année de Marie Dorval; Salvator; Marie Giovanni, journal d'une parisienne; Le page du duc de Savoie.

En décembre, après une année d'échange de "papier timbré" c'est à dire de conclusions et réponses aux conclusions, Michel Lévy est débouté de son action contre Dumas.

1856: Il publie Madame du Deffand, L'Arabie Heureuse et Les compagnons de Jéhu, roman écrit sans collaborateur, à partir des Portraits de la Révolution et de l'Empire de Charles Nodier.

Avec Paul Bocage, il refait le parcours de la fuite de Louis XVI jusque Varennes.

Sur les conseils de l'Éditeur Pierre-Jules Hetzel, pour remplacer Auguste Maquet, il se résout à choisir un autre collaborateur au talent moindre, Gaspard de Cherville. Les livres que feront les deux hommes décevront les lecteurs et Dumas lui même.

1857: Il publie L'Homme aux Contes, Charles Le Téméraire, Le Meneur de Loups et La Dame de Volupté.

Dumas rend visite à Victor Hugo, en exil à Guernesey. Il voyage en Angleterre où il assiste à la célèbre course d'Epson et voyage en Allemagne.

Le dernier numéro du quotidien Le Mousquetaire parait mais il réussit à lancer l'hebdomadaire Le Monte-Cristo qui paraîtra jusqu'en 1860.

Il obtient d'importants versement de Michel Levy. Auguste Maquet en profite pour faire valoir ses droits.

1858: Il publie Les louves de Machecoul, la Route de Varennes, Histoire de mes bêtes, Le Chasseur Sauvagine, l'Horoscope, Back et Ainsi soit il !

Le 3 février, Auguste Maquet perd son procès quant à la possibilité de cosigner les romans mais obtient 25% des droits d'auteur.

En juin, Dumas part en voyage en Russie, sur l'invitation d'un comte russe. Il se rendra à Saint-Pétersbourg, Moscou, Astrakan et dans le Caucase.

1859: Il rentre par Marseille en mars.

Le 2 avril, Dumas paie un grand banquet au Restaurant de France, pour fêter son retour.

Il rompt avec Isabelle Constant pour tomber dans les bras de l'actrice Emilie Cordier (1840-1906) dite "l'Amiral".

Il arrive à publier de Paris à Astrakan, le Caucase, Jane, Mémoires d'un policeman, Histoire d'un cabanon et d'un chalet et Hammala-Beg.

En Décembre, Michel Lévy, signe un bon contrat à Dumas. Il acquiert une goélette l'Emma avec laquelle il espère entreprendre la découverte de la Méditerranée, chimère caressée depuis son premier voyage en Suisse de 1832.

1860: Il publie le Père la ruine, Mémoires de Garibaldi, Une aventure d'amour, Le Père Gigogne, La Marquise d'Escoman.

Il tire de deux textes russes La Maison de glace et Jacquot sans oreille.

Le 9 mai, Dumas part pour l'Italie avec Émilie Cordier à bord de l'Emma. Il y restera jusqu'en 1864, ne revenant, pendant ces quatre années, que de façon épisodique en France.

Dumas rencontre Garibaldi en Sicile. Il lui apporte son aide en se rendant à Marseille à bord de l'Emma afin de lui acheter des fusils pour l'expédition des 1000. Victorieux, Garibaldi nomme Dumas, directeur des Beaux-Arts. Il s'occupera notamment des fouilles de Pompéï.

Dumas fonde en Italie le journal franco-italien L'Independente qui paraîtra jusqu'en 1864 pour chanter les vertus de la République et pour "extirper la mauvaise herbe du Bourbon".

1861: Il publie Une nuit à Florence sous Alexandre de Médicis, Les Morts vont vite, Bric à Brac, les Garibaldiens et Révolution de Sicile et de Naples.

Le Théâtre du Cirque joue le prisonnier de la Bastille tiré du Vicomte de Bragelonne. Auguste Marquet se fait obtenir par le tribunal 50 % des droits d'auteur.

1862: Du 1er janvier au 10 octobre, le Monte Cristo hebdomaire est publié chaque semaine.

Il publie La Boule de Neige, la Princesse Flora, Sultanetta et I Borboni di Napoli soit les Bourbons de Naples.

1863: Le Saint siège met à l'index les oeuvres de Dumas.

La situation de Garibaldi s'est détérioré après le référendum de rattachement du royaume des Deux-Siciles au royaume d'Italie et Dumas se retrouve seul pour poursuivre la lutte contre la contre-révolution et la camorra.

Il publie La San-Felice et Michel Lévy publie le théâtre complet d'Alexandre Dumas en quinze volumes. 

1864: En avril, Dumas rompt avec Émilie Cordier et rentre à Paris en compagnie de sa nouvelle maîtresse, une cantatrice italienne, Fanny Gordosa.

La nouvelle liaison ne durera pas jusqu'au nouvel an.

1865: Il publie Un Pays inconnu, Souvenirs d'une favorite et Bouts rimés.

Dumas entame une série de conférences en France et à l'étranger sur la peinture notamment «Causerie sur Eugène Delacroix» qui a beaucoup de succès.

Il obtient un nouveau traité avec Michel Lévy qui publie ses oeuvres complètes à partir de 1847, contre une rétrocession de 10% et un acompte de 40 000 F.

Le Grand Théâtre parisien joue les gardes forestiers. La troupe débute une tournée en province. Il les suit en Seine et Oise, Seine et Marne, Oise et Aisne.

Il collabore au journal fondées par Noriac sous le titre Les Nouvelles.

1866: Il s'installe avec sa fille Marie, au 107 boulevard Malesherbes. Il gardera ce domicile jusqu'à sa mort.

Dumas voyage en Italie à Naples et Florence, puis en Allemagne et en Autriche où il visite le champ de Bataille Sadowa.

Premier Numéro de la nouvelle série du journal Le Mousquetaire qui remplace Les Nouvelles.

1867: Dumas se fait photographier avec sa dernière maîtresse, l'actrice américaine Adah Isaacs Menken, sur ses genoux. Cette photo du vieil écrivain embrassé par une jeune  maîtresse de 32 ans, provoque un scandale et lui ferme les portes de l'Académie française.

Il publie Les Hommes de fer et Les Blancs et les Bleus la suite des Compagnons de Jéhu.

Michel Lévy réduit à 4 000 F le crédit annuel versé à Dumas.

1868: Il publie La terreur prussienne, Souvenirs dramatiques, Parisiens et Provinciaux et Caroline de Brunswick.

Le 4 février, Dumas lance un nouveau journal, Dartagnan, qui paraîtra trois fois par semaine jusqu'au 4 juillet.

Le 5 juillet: Le premier numéro de son nouveau journal le Théâtre Journal parait.

Durant l'été, il fait une tournée de conférences en Normandie pour raconter ses souvenirs. Au Havre, il y rencontre Émilie Cordier devenue Madame Edwards et sa fille Micaëlla.

10 août: Adah Isaacs Menken meurt à Bougival.

22 octobre: Catherine Labay, la mère d'Alexandre Dumas Fils, meurt.

1869: Le Théâtre Journal sort son dernier numéro le 11 mars.

Durant l'été, Dumas séjourne en Bretagne à Roscoff, il travaille à son Dictionnaire de cuisine.

Le 6 décembre: Il écrit à l'Éditeur Lemerre et fixe ses conditions.

1870: Il voyage dans le Midi de la France et en Espagne.

En juillet, il est à Marseille quand il apprend la déclaration de guerre et rentre aussitôt à Paris.

En septembre, après un accident vasculaire qui le laisse à demi paralysé, Dumas s'installe dans la villa de son fils à Puys, près de Dieppe.

Le 5 décembre: Il meurt dans la villa de son fils.

Le 8 décembre: Il reçoit durant ses obsèques, un bel hommage de Victor Hugo avant d'être enterré au cimetière de Villers-Cotterêts.

1871-1873: Sont publiés à titre posthume, Le Grand Dictionnaire de cuisine, Le docteur mystérieux, La fille du marquis, Le Prince des Voleurs, Robin Hood le Proscrit et L'Île de Feu.

30 novembre 2002: Les cendres d'Alexandre Dumas sont déterrés du cimetière de Villers-Cotterêts et transportés au Panthéon.

Eugène Giraud
Paris 1806- id. 1881
Le voyage en Espagne
H/T 1,95 x 1,45m 1855
Musée Alexandre Dumas Villers Cotterëts

LA BIBLIOGRAPHIE D'ALEXANDRE DUMAS

La trilogie des Mousquetaires comprend Les Trois Mousquetaires, Vingt ans après et Le Vicomte de Bragelonne.

La trilogie des Valois comprend La Reine Margot, La Dame de Monsoreau et Les Quarante-Cinq.

La tétralogie des Mémoires d'un médecin comprend Joseph Balsamo, Le Collier de la reine, Ange Pitou et La Comtesse de Charny.

  1. La Chasse et l’amour (théâtre), 1825
  2. La Noce et l’enterrement (théâtre), 1826
  3. Pauline (roman romantique), 1828
  4. Henri III et sa cour (théâtre), 1829
  5. Christine ou Stockholm, Fontainebleau et Rome (théâtre), 1830
  6. Napoléon Bonaparte, ou trente ans de l’histoire de France (théâtre), 1831
  7. Antony (théâtre), 1831
  8. Charles VII chez ses grands vassaux (théâtre),1831
  9. Teresa (théâtre), 1831
  10. La Tour de Nesle (théâtre), 1832
  11. Gaule et France 1833
  12. Souvenirs d’Anthony, 1835
  13. Chroniques de France: Isabel de Bavière, 1835
  14. Kean (théâtre), 1836
  15. Caligula (théâtre), 1837
  16. Mademoiselle de Belle-Isle (théâtre), 1837
  17. Acté, 1837
  18. La Salle d’armes 1838
  19. Le Capitaine Paul, 1838
  20. Le Capitaine Pamphile, 1839
  21. Crimes célèbres, 1839-1841
  22. Napoléon, 1840
  23. Othon L’archer, 1840
  24. Les Stuarts, 1840
  25. Maître Adam le calabrais, 1840
  26. Le Maître d’armes, 1840-1841
  27. Praxède, 1841
  28. Aventures de Lydéric Grand Forestier de Flandre, 1841
  29. Nouvelles impressions de voyage (Midi de la France), 1841
  30. Excursions sur les bords du Rhin, 1841
  31. Souvenirs de voyage - Une année à Florence, 1841
  32. Jeanne la pucelle 1429-1431, 1842
  33. Le Speronare, 1842
  34. Le Capitaine Arena, 1842
  35. Le Chevalier d'Harmental, 1842. Son premier succès de romancier écrit avec Auguste Maquet
  36. Le Corricodo, 1843
  37. Des demoiselles de Saint-Cyr (théâtre),1843
  38. Filles, lorettes et courtisanes,1843
  39. Georges, 1843
  40. Sylvandire, 1844
  41. Fernande, 1844
  42. Les Trois Mousquetaires, 1844
  43. Le Château d’Eppstein, 1844
  44. Cécile, 1844
  45. Gabriel Lambert, 1844
  46. Louis XIV et son siècle, 1844
  47. Vingt Ans après, 1845
  48. Le Comte de Monte Cristo, 1845-1846
  49. Une fille du régent, 1845
  50. La Reine Margot, 1845
  51. Les Médicis, 1845
  52. Les Frères Corses, 1845
  53. Le Chevalier de Maison-Rouge, 1845-1846
  54. La Dame de Monsoreau, 1846
  55. Le Bâtard de Mauléon, 1846
  56. Joseph Balsamo, 1846, inspiré de la vie de Giuseppe Balsamo
  57. Les Deux Diane, 1846
  58. Impressions de voyage, De Paris à Cadix, 1847
  59. Les Quarante-cinq, 1847
  60. Le Vicomte de Bragelonne, 1848 concerne le célèbre homme au masque de fer
  61. Les Mille et un fantômes, 1849
  62. Le Collier de la reine, 1849, inspiré de l'affaire du collier de la reine
  63. La Femme au collier de velours, 1850
  64. La Tulipe noire, 1850
  65. Le Trou de l’enfer, 1850
  66. La Colombe, 1850
  67. Montevideo ou une nouvelle Troie, 1850
  68. Le Drame de Quatre vingt treize, 1851
  69. Impression de voyage en Suisse, 1851
  70. Ange Pitou, 1851
  71. Olympe de Clèves, 1851
  72. La Comtesse de Charny, 1853
  73. Le Pasteur d’Ashbourne, 1853
  74. Isaac Laquedem, 1853
  75. Les Drames de la mer, 1853
  76. Ingénue, 1853
  77. La Jeunesse de Pierrot, 1854
  78. Le Gentilhomme de la Montagne concernant El Salteador, 1854
  79. Une vie d’artiste, 1854
  80. Catherine Blum, 1854
  81. Saphir, 1854
  82. Vie et Aventures de la princesse de Monaco, 1854
  83. Les Mohicans de Paris, 1854-1855
  84. Souvenirs de 1830 à 1842, 1854
  85. La Jeunesse de Louis XIV (théâtre), 1854
  86. La Dernière année de Marie Dorval, 1855
  87. Marie Giovanni, journal d’une parisienne, 1855
  88. Le Page du duc de Savoie, 1855
  89. Les Grands hommes en robe de chambre, César, Henri IV, Richelieu, 1855 –1856
  90. Madame du Deffand, 1856
  91. Les Compagnons de Jéhu, 1856
  92. L’Homme aux contes, 1857
  93. Charles le Téméraire, 1857
  94. Le Meneur de loups, 1857
  95. La Dame de volupté, 1857
  96. Les louves de Machecoul, 1858
  97. De Paris à Astrakan, 1859
  98. Jane, 1859
  99. Histoire d’un cabanon et d’un chalet, 1859
  100. La Maison de glace, 1860
  101. La Route de Varennes, 1860
  102. Mémoires de Garibaldi, 1860
  103. Une aventure d’amour, 1860
  104. Le Père Gigogne, contes pour les enfants, 1860
  105. La Marquise d’Escoman, 1860
  106. Une nuit à Florence sous Alexandre de Médicis, 1861
  107. Les Morts vont vite, 1861
  108. Bric à Brac, 1861
  109. La Princesse Flora, 1863
  110. La San-Felice, 1863
  111. La Boule de neige, 1863
  112. Les Blancs et les Bleus, 1867
  113. Les Hommes de fer, 1867
  114. La Terreur prussienne, souvenirs dramatiques, 1868
  115. L'Orfèvre du roi, 1869
  116. Lady Hamilton, 1869
  117. La Guerre des Femmes, 1869
  118. Les Crimes célèbres, 1869

Souvenir de Liszt (1840) de Joseph Danhauser.
De gauche à droite : Alexandre Dumas, Victor Hugo,
Georges Sand (assise habillé en costume masculin),
Paganini et Rossini, Marie d'Agoult assise au pied du piano.

Publications posthumes

119. Le Grand dictionnaire de cuisine, 1871
120. Création et rédemption, 1873
121. La Fille du marquis, 1873
122. Le Prince des Voleurs, 1873
123. Robin Hood le proscrit, 1873
124. L’Île de feu, 1873
125. Le Chevalier de Sainte-Hermine. Ce dernier roman, publié initialement sous forme de feuilleton en 1869, a été exhumé des fonds de la Bibliothèque nationale de France et publié pour la première fois en 2005.

LIVRES GRATUITS D'ALEXANDRE DUMAS

Ecoutez gratuitement les livres d'Alexandre Dumas :

http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/tag/alexandre-dumas

Les Amis d'Alexandre Dumas ont mis en ligne gratuitement tous les Livres d'Alexandre Dumas au format électronique.

Cliquez sur le bouton ci-dessous et allez à BIBLIOTHEQUE.

DISCOURS DE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE JACQUES CHIRAC

LE SAMEDI 30 NOVEMBRE 2002 POUR L'ENTRÉE DE DUMAS AU PANTHÉON

Alexandre DUMAS !

Avec vous, c'est l'enfance, ses heures de lecture savourées en secret, l'émotion, la passion, l'aventure, le panache qui entrent au Panthéon.

Avec vous, nous avons été d'Artagnan, Monte Cristo ou Balsamo, chevauchant les routes de France, parcourant les champs de bataille, visitant palais et forteresses. Avec vous, nous avons emprunté, un flambeau à la main, couloirs obscurs, passages dérobés, souterrains. Avec vous, nous avons rêvé. Et avec vous, nous rêvons encore.

Le dix-neuvième siècle avait deux ans quand il voyait naître deux enfants qui allaient incarner l'esprit de leur temps et donner à la France deux œuvres qui se confondent avec elle.

L'un était Victor HUGO. L'autre, Alexandre DUMAS.

Fils de deux généraux de la Révolution, dont l'un n'était pas encore d'Empire et l'autre ne le serait jamais, ils reçurent tous deux la Liberté et l'amour de la France en héritage. Vivants, ils furent amis et frères. Morts, le cours de l'Histoire les a séparés. L'un repose au Panthéon depuis plus d'un siècle. Et l'autre vient le rejoindre.

La République, aujourd'hui, ne se contente pas de rendre les honneurs au génie d'Alexandre DUMAS. Elle répare une injustice. Cette injustice qui a marqué DUMAS dès l'enfance, comme elle marquait déjà au fer la peau de ses ancêtres esclaves.

Héros des guerres de la Révolution et de l'expédition d'Égypte, son père, fils d'un marquis normand et d'une esclave de Saint-Domingue, meurt, alors que le jeune Alexandre n'a que quatre ans. Des centaines de livres, des milliers de personnages et des millions de mots ne viendront jamais combler la cruelle absence de celui dont la figure héroïque hantera toute son oeuvre. De son propre aveu, Alexandre Dumas ne guérira jamais de "cette vieille et éternelle douleur de la mort de son père."

Fils de mulâtre, sang mêlé de bleu et de noir, Alexandre DUMAS doit alors affronter les regards d'une société française qui, pour ne plus être une société d'Ancien Régime, demeure encore une société de castes. Elle lui fera grief de tout : son teint bistre, ses cheveux crépus, à quoi trop de caricaturistes de l'époque voudront le réduire, sa folle prodigalité aussi. Certains de ses contemporains iront même jusqu'à lui contester la paternité d'une œuvre étourdissante et son inépuisable fécondité littéraire qui tient du prodige.

De tout cela, DUMAS n'aura que faire. Force de la littérature, force de la nature, comme son héros PORTHOS qu'il aimait tant, il choisit de vivre sa vie. Cette vie foisonnante, luxuriante, parfois criarde, jamais mesquine, tout entière habitée par une généreuse lumière.

A l'image de son auteur, l'œuvre immense d'Alexandre DUMAS est un fleuve indompté que rien ne vient soumettre. Elle est à la mesure de son temps et de ses engagements. DUMAS sera de tous les combats.
Le combat romantique d'abord. Un an avant la bataille d'Hernani, il en sera le tout premier grenadier.

Les combats politiques ensuite. Alexandre se jette dans la bataille avec la Révolution de 1830. Par amour de la Liberté, il court le Paris des Trois Glorieuses en bel habit de chasse. Il fait le coup de feu contre les soldats du roi, prend d'assaut le musée de l'Artillerie et, heureux de sa prise de guerre, coiffe le casque de François 1er. Fidèle à l'essence du drame romantique, dont il a été le précurseur, DUMAS ne peut oublier que le grotesque est parfois proche du sublime !

Le 27 février 1848, on le retrouve au pied de la Colonne de Juillet pour la proclamation de la nouvelle République. Il s'écrie alors : «ce que nous voyons est beau ; ce que nous voyons est grand. Car nous voyons une République, et jusqu'ici, nous n'avions vu que des révolutions».

Plus que tout autre romantique, Alexandre DUMAS sait, avec HUGO et SCHOELCHER, que la République porte les valeurs qui émancipent. Qu'elle seule peut ouvrir l'avenir à tous ceux qui, comme lui, n'ont que leur travail, leur talent, leur mérite pour obtenir leur juste place dans la société française.

Pour DUMAS, il n'y a pas de fatalité. En cela, il se distingue des écrivains engagés. Il connaît trop bien la nature humaine pour l'inscrire dans un ordre immuable qui opposerait oppresseurs et opprimés. Fils d'un général bonapartiste trahi et abandonné par Napoléon, ami des Orléans mais républicain, conservateur mais révolutionnaire, DUMAS incarne la France dans ses contradictions les plus intimes. C'est aussi pour cela que les Français l'aiment tant.

Mais déjà, le théâtre ne suffit plus à contenir l'énergie créatrice de celui qui provoquait l'étonnement perpétuel de son ami Lamartine. Ce même Lamartine qui lui dit un jour : "Vous êtes surhumain. Mo
n avis sur vous est un point d'exclamation !".

DUMAS se fait romancier. Il crée un genre nouveau en France : le roman historique.

Avec Le Chevalier d'Harmental en 1841, DUMAS ouvre une décennie miraculeuse qui voit les chefs-d'œuvre succéder aux chefs-d'œuvre. Il offre en quelques années plus de joyaux à la littérature française que le Roi de France n'offre à la Reine de ferrets de diamants. Déroulant, au fil de ses récits, l'épopée d'une France éternelle, ombrageuse, batailleuse, héroïque et galante, il rencontre à chaque fois le succès et tient en haleine un public enthousiaste, en France aussi bien qu'en Europe.

Alors qu'au même moment Balzac vient de peindre la France contemporaine à travers les rouages complexes de sa Comédie Humaine, Dumas écrit lui le Drame de la France et réconcilie avec son passé un pays marqué par les fractures révolutionnaires.

Pendant des générations, l'œuvre de DUMAS va faire de l'Histoire de France le levain de nos imaginaires. Elle va façonner notre mémoire collective et participer à l'édification de notre identité nationale. Si tant de Français connaissent, aujourd'hui encore, la figure du Cardinal de Richelieu, ils le doivent moins au pinceau de Philippe de CHAMPAIGNE, qu'à la plume d'Alexandre DUMAS, dessinant à l'encre noire et rouge la terrible silhouette de l'homme d'État passionné de France.

Par la grâce d'une écriture colorée et la force de personnages attachants, qui feront bien plus tard les délices du cinéma, Alexandre DUMAS place son lecteur au cœur de l'Histoire. Il fait de lui le témoin direct de la nuit de la Saint Barthélemy, du siège de la Rochelle ou de la mort du Roi. Il permet à chacun d'entre nous de s'identifier à tous les personnages, réels ou imaginaires, prestigieux ou inconnus, qui font l'Histoire. Cette Histoire, dont DUMAS nous rappelle qu'elle est avant tout notre œuvre commune.

Certes, il se trouvera toujours des BOUVARD et des PECUCHET qui, l'œuvre de DUMAS dans une main et une Chronologie Universelle dans l'autre, viendront traquer l'erreur historique. Peu importe. MICHELET lui-même, le père de l'histoire moderne, leur a par avance et pour l'éternité donné tort en lui disant un jour : "Vous avez plus appris d'Histoire au peuple que tous les historiens réunis". DUMAS ne cherche pas à rendre l'exactitude, mais le mouvement de l'Histoire de France. Il donne un sens à cette longue suite de drames et de convulsions violentes qui, à ses yeux, trouve son aboutissement naturel dans l'avènement d'une République pacifiée et fraternelle.

L'œuvre profondément humaniste de DUMAS porte en elle un fragment de la France éternelle. Universelle, rayonnante et généreuse, elle permet à chacun de rêver en français et même de se sentir Français. Lire DUMAS, l'école de la République ne devrait pas l'oublier, c'est aimer le français. C'est prendre goût à l'Histoire. C'est apprendre un peu de la France.

Au croisement de plusieurs cultures, Alexandre DUMAS, dont le génie plonge aussi ses racines outre-mer et en Afrique, est également un citoyen du monde. Un pied à Villers-Cotterêts, la ville chérie de son enfance et l'autre au gré du vent : Suisse, Espagne, Tunisie, Algérie, Caucase, Italie, Russie, partout où son esprit pouvait s'aiguiser et ses sens se rassasier. De là l'immense popularité qui est toujours la sienne sur tous les continents. Partout dans le monde, l'ombre d'Edmond DANTES se dresse contre l'injustice. Partout dans le monde, le Comte de Monte Cristo symbolise vengeance et rédemption. Les héros de DUMAS sont comme ceux de RABELAIS, de CERVANTES ou de SHAKESPEARE. Ils ne sont plus seulement des personnages, ils sont des mythes. Ils parlent au cœur des Hommes dont ils expriment les rêves, les aspirations, les blessures.

Ces rêves, ces aspirations, ces blessures, Alexandre DUMAS, homme de passion et de combat, les connaît. Il les éprouve plus que jamais quand, le 2 décembre 1851, I'Aigle Impérial relève la tête et s'abat sur la République.

Jamais DUMAS ne ralliera l'Empire. Jamais DUMAS ne reverra la République.

Traqué par ses créanciers, il prend le chemin de l'exil. C'est en Europe maintenant qu'il s'attache à faire triompher son idéal de liberté. Cette Europe dans laquelle, visionnaire, il perçoit un avenir plein de promesses.

Pour lui, les deux NAPOLÉON ont toujours trompé la Liberté. Qu'à cela ne tienne ! Un BONAPARTE en chemise rouge est en train de la faire triompher en Italie. GARIBALDI, le nouveau héros de DUMAS. Et c'est sur la goélette l'Emma, armée à ses frais, qu'Alexandre part rejoindre, à Palerme, celui qu'il considère désormais comme le nouveau« Messie de la Liberté ».

Pendant quatre ans, DUMAS sera successivement historiographe de GARIBALDI, directeur des Musées et des fouilles de Pompéi, pamphlétaire, patron de presse, chroniqueur, historien des Bourbons de Naples, adversaire courageux de la Camorra et bien sûr romancier. La San Felice, son dernier grand roman, remporte un succès considérable : elle devient une bannière. Et la boucle est bouclée. Par cette œuvre de l'âge mûr qui se déroule dans le royaume de Naples, où son père avait été autrefois empoisonné dans les geôles du roi Ferdinand, le fils achève le cycle prodigieux de sa vie de romancier.

L'épopée garibaldienne parvenue à son terme, le bon géant des lettres françaises part à la reconquête de Paris. Travailleur acharné, apparemment inépuisable, il continue d'écrire. Français jusqu'au bout de son œuvre, son dernier livre, véritable monument, sera un dictionnaire de cuisine.

Désespéré par la défaite de 1870, DUMAS, très diminué, trouve refuge chez ce fils qui perpétue alors son nom et sa gloire littéraire. Il meurt le 5 décembre 1870 à PUYS, près de DIEPPE, alors que les uhlans campent dans la belle campagne normande. L'auteur de tant d'épopées flamboyantes, ce fils qui a tant donné à la France mais qui n'en a jamais obtenu de reconnaissance véritable, est enterré comme le simple personnage d'une nouvelle de Guy de MAUPASSANT. C'est un modeste curé de campagne qui prononce l'oraison funèbre devant une assistance clairsemée et surtout inquiète des nouvelles de Paris. La presse de l'époque dit : « c'est à peine si l'on s'est aperçu de son départ ».

Aujourd'hui, Alexandre DUMAS n'est plus seul. Un cortège bigarré, bruyant et tumultueux l'accompagne. Avec lui, c'est notre mémoire populaire et notre imaginaire collectif qui entrent au Panthéon. Lansquenets et hallebardiers, mousquetaires gris et mousquetaires noirs, mignons et courtisans, aubergistes et pairs de France, sans-culottes et favoris, laquais et cardinaux, reines de France et lingères, ils sont ainsi plus de vingt cinq mille personnages à se presser autour d'ATHOS, PORTHOS, ARAMIS et d'ARTAGNAN, pour escorter la dépouille du grand homme qui leur a un jour donné ou rendu la vie.

Lorsque les portes de bronze du Panthéon se refermeront, Alexandre DUMAS trouvera enfin sa place aux côtés de Victor HUGO et d'Émile ZOLA, ses frères en littérature, ses frères en engagement, ses frères qui ont marqué et fait de leur plume l'Histoire de la République en défendant avec autant d'acharnement que de génie la Liberté, l'Égalité et la Fraternité.

La République aussi a ses mousquetaires.

CITATIONS D'ALEXANDRE DUMAS

Il faut se servir de ses conquêtes pour conquérir.

Il y a des services si grands qu'on ne peut les payer que par l'ingratitude.

Un pays sans police est un grand navire sans boussole et sans gouvernail.

On a quelquefois assez souffert pour avoir le droit de ne jamais dire : je suis trop heureux.

Le vin est la partie intellectuelle d'un repas. Les viandes et les légumes n'en sont que la partie matérielle.

Tous pour un, un pour tous !

Le silence est la dernière joie des malheureux.

Les femmes sont étonnantes : ou elles ne pensent à rien, ou elles pensent à autre chose.

Dieu est le dernier recours, et le malheureux, qui devait commencer par lui, n'arrive à lui cependant qu'après avoir épuisé toutes autres espérances.

Où n'atteint pas l'oeil de l'homme, pénètre le regard de Dieu.

On peut oublier Dieu pendant le bonheur, mais lorsque le bonheur fait place à l'infortune, c'est toujours à Dieu qu'il faut revenir.

Dieu pêche les âmes à la ligne, Satan les pêche au filet.

En fumant, vous abrégez votre vie, me dit-on. Je fume depuis l'âge de dix-huit ans, j'en ai soixante-cinq, si je n'avais pas fumé, j'en aurais soixante-dix. Je serais bien avancé !

Quand tu souffres, regarde la douleur en face : elle te consolera elle-même et t'apprendra quelque chose.

C'est quelques fois pénible de faire son devoir, mais ça ne l'est jamais autant que de ne l'avoir pas fait.

L'antiquité est l'aristocratie de l'histoire.

Si tu deviens homme d'État, n'oublie pas que le grand secret de la politique est dans ces deux mots : savoir attendre. Si tu es ministre, souviens-toi qu'on se tire de tout avec ces deux mots : savoir agir.

Dieu, dans sa divine prévoyance, n'a pas donné de barbe aux femmes, parce qu'elles n'auraient pas su se taire pendant qu'on les eût rasées.

Les mamans, ça pardonne toujours ; c'est venu au monde pour ça.

J'aime mieux les méchants que les imbéciles, parce qu'ils se reposent.

Pourquoi n'aimerait-on pas sa femme ?  On aime bien celle des autres.

L'homme naît sans dents, sans cheveux et sans illusions, et il meurt de même, sans cheveux, sans dents et sans illusions.

On a le droit de dire du mal des femmes ; on n'a pas le droit de dire du mal d'une femme.

En général, on ne demande de conseils que pour ne pas les suivre ou, si on les a suivis, reprocher à quelqu'un de les avoir donnés.

Il est permis de violer l'histoire, à condition de lui faire un enfant.

Certaines femmes aiment tellement leur mari que, pour ne pas l'user, elles prennent ceux de leurs amies.

En amour, qui doute accuse.

L'argent est l'argent, quelles que soient les mains où il se trouve. C’est la seule puissance qu’on ne discute jamais.

On peut oublier Dieu pendant le bonheur, mais lorsque le bonheur fait place à l'infortune, c'est toujours à Dieu qu'il faut revenir.

Ce qui rend malheureux en amour, c'est moins de ne pas être aimé quand on aime, que d'être encore aimé quand on n'aime plus

On a le droit de dire du mal des femmes ; on n'a pas le droit de dire du mal d'une femme.

C'est par les robes décolletées que s'évapore peu à peu la pudeur des femmes.

Le vin est la partie intellectuelle d'un repas. Les viandes et les légumes n'en sont que la partie matérielle.

ANECDOTES SUR ALEXANDRE DUMAS

Il a écrit dans "Propos d'Art et cuisine": En général, je ne commence un livre que lorsqu'il est écrit.

Un nègre est la personne qui écrit réellement pour un auteur qui ne se contente que de signer le livre et de le vendre. Les "stars" utilisent un nègre pour écrire leurs mémoires. 

Timbre d'Haïti sur les 3 Dumas : le Général Dumas, Alexandre Dumas père et Alexandre Dumas fils

Un jour, Dumas lit dans le journal que son nègre est mort. Il s'inquiète sur la livraison du feuilleton puisqu'il a déjà été condamné pour retard de livraison.

Il regarde à la page feuilleton.... Ouf son feuilleton est paru !

Il le lit pour savoir où l'histoire en est, se rend  au domicile du défunt puis il attend pour écrire, que le directeur du journal le contacte..... Rien !

Le lendemain matin, il se précipite chercher le journal..... le feuilleton parait bien !

Il le lit et attend encore que le directeur le contacte..... Toujours rien !

Le surlendemain matin, il se précipite chercher le journal..... le feuilleton est encore paru !

N'y tenant plus, il pose la question à la veuve....... Son nègre avait lui même choisi un autre nègre pour écrire le feuilleton et celui ci n'était pas informé que son client était mort !

Dumas n'eut donc aucun effort à faire pour choisir un nouveau collaborateur !

LE QUARTERON

Le quarteron est un individu qui comme Alexandre Dumas, a un quart de sang noir pour trois quart de sang blanc. Le général de Gaulle utilisera ce terme improprement en avril 1961, pour désigner les quatre généraux putschistes tenants de l'Algérie française. En réalité "quarteron" n'a jamais désigné le chiffre 4. Il a fait un jeu de mot pour laisser penser que les généraux avaient 3/4 de sang français et 1/4 de sang algérien. Quand il les a désignés ainsi, De Gaulle pensait déjà rendre son indépendance à l'Algérie.

LIENS EXTERNES

LES AMIS DE DUMAS: http://www.dumaspere.com/

LA MAIRIE DE VILLERS COTTERÊTS:  http://www.mairie-villerscotterets.fr/

L'OFFICE DE TOURISME DE VILLERS COTTERÊTS: http://tourisme.cc-villers-cotterets.fr/

LE CHÂTEAU DE MONTE CRISTO: http://www.chateau-monte-cristo.com/

LES MOUSQUETAIRES DU BÉARN: http://www.mousqbaretous.com

UNE ASSOCIATION DE MOUSQUETAIRES: http://www.mousquetaires.asso.fr/

Des Lycées portent le nom d' ALEXANDRE DUMAS pour lui rendre hommage:

LE LYCEE ALEXANDRE DUMAS DE SAINT CLOUD:  http://www.lyc-dumas-st-cloud.ac-versailles.fr/

LE LYCEE ALEXANDRE DUMAS DE PORT AU PRINCE EN HAÏTI: http://www.lycee-a-dumas-pap-aefe.org/

LE LYCEE ALEXANDRE DUMAS DE MOSCOU: http://www.lfm.ru/

Deux lycées rendent hommage à l'auteur du Grand Dictionnaire de Cuisine:

LE LYCEE HOTELIER ALEXANDRE DUMAS A ILLKIRCH: http://www.lycee-hotelier-adumas.com/

LE LYCEE ALEXANDRE DUMAS DE CAVAILLON: http://www.lyc-dumas.ac-aix-marseille.fr

Contactez nous par téléphone, par e mail ou sur facebook :