EUGENE FROMENTIN

"Eugène Fromentin (1820-1876) est un peintre écrivain célèbre pour ses toiles sur l'Algérie et son roman autobiographique Dominique"
Frédéric Fabre

LES LIVRES GRATUITS DE FROMENTIN

24 avril 1820 : Eugène Samuel-Auguste Fromentin naît à La Rochelle. Sa mère est Françoise-Jenny née Billotte (1797-1867). Son père, Pierre-Samuel-Toussaint Fromentin (1786-1867) est médecin et peintre amateur.

1831 : Il entre au collège et se montre comme un élève brillant mais rêveur.

1835 : Eugène tombe amoureux de sa voisine née en 1817 à l'île Maurice et fille d'un capitaine au long cour, Jenny Caroline Léocadie. Elle est élégante, brune et rieuse. Bien que longtemps, ses biographes ont supposé un amour platonique, Mademoiselle Camille Reynaud démontre dans son livre publié aux éditions Arthaud en 1936, la Genèse de Dominique, que Jenny a eu une véritable histoire d'amour de jeune fille avec Eugène Fromentin. 

1836 :  Jenny se marie avec un employé des contributions directes et aura trois enfants.

1838 : Après ses études au lycée de la Rochelle dans lequel il a profité de la grande Cour planté de Tilleuls, il se rend à Paris faire son droit pour devenir avocat.

1843 : Il obtient sa licence de droit. Son père lui donne alors l'autorisation d'entrer dans l'atelier du peintre Jean-Charles Rémond qu'il quitta bientôt pour celui de Louis Cabat, peintre spécialisé dans la représentation de paysages.

1844 : Son amour de jeunesse Jenny Caroline Léocadie meurt.

1846 : A l'insu de sa famille, il visite l'Algérie avec deux amis Armand Mesnil et Charles Labbé qui se rend au mariage de sa sœur à Blidah. Il peut ainsi remplir ses carnets de croquis des paysages et des habitants de l'Afrique du Nord. Il est l'un des premiers dans le milieu artistique parisien à en faire des sujets de prédilection.

1847 : Fromentin présente au Salon de Paris, trois tableaux admis à l'unanimité et appelés respectivement Ferme aux environs de La Rochelle, Mosquée près d'Alger et les Gorges de la Chiffa.

1848 : Il voyage en Algérie avec un ami peintre, Auguste Salzmann.

1849 : Il expose au salon de Paris cinq tableaux dont une deuxième version des Femmes d'Alger et La Place de la broche à Constantine. Il remporte une «récompense de deuxième classe».

1850 : Il expose au salon de Paris onze tableaux.

1851 : Il séjourne durant quatre mois au Tremblay, chez son ami Armand Mesnil. Il tombe amoureux de sa nièce qu'il épousera l'année suivante. 

1852 : Le 18 mai, il épouse Marie Cavellet de Beaumont. Il effectue avec elle le troisième voyage en Algérie, profitant d'une mission archéologique. Il y approfondit son étude minutieuse des paysages et des mœurs algériennes. Ses notes lui permettront, à son retour, de donner à ses tableaux une exactitude réaliste. D'un certain point de vue, ses travaux ont été tout autant une contribution à l'ethnologie que de pures œuvres d'art. Il publie Visites artistiques.

1853 : Il peint Un Enterrement maure.

1854 : Il publie dans la Revue de Paris de juin à décembre Un été dans le Sahara. Il est alors élu membre correspondant de l'Académie de La Rochelle.

1856 : Encouragé par les critiques élogieuses, il entreprend la rédaction d'Une année dans le Sahel que publie d'abord L'Artiste en intitulant sa première partie "Alger, fragments d'un journal de voyage". Il publie Simples Pèlerinages. Il peint Une Chasse à la gazelle.

1857 : Il expose au salon de Paris Une Caravane arabe, Chasse aux gazelles et Départ pour la chasse. Le style de Fromentin est très influencé par Eugène Delacroix. Ses œuvres se distinguent par leur composition frappante, leur dextérité et l'utilisation de couleurs brillantes. Elles traduisent la grandeur inconsciente des attitudes barbares et animales.

Il publie en volume Un été dans le Sahara chez Michel Lévy.

Novembre à Décembre : la Revue des Deux Mondes reprend la publication d'Une année au Sahel, sous le titre "Une année dans le Sahel, journal d'un absent".

1859 : Il publie en volume Une année dans le Sahel chez Michel Lévy. Il expose Les Bateleurs nègres, L'Audience chez un chalife, Le Berger kabyle et Une rue à El-Aghouat. Il remporte sa médaille de première classe au salon de Paris. Il y exposera tous les ans jusque 1869. Ses tableaux lui vaut les éloges de Baudelaire, de Degas et de George Sand. Il est fait Chevalier de la Légion d’honneur.

1861 : Il expose au salon de Paris, Les Courriers arabes.

1862 : La Revue des Deux Mondes publie le 15 avril, le 1er mai et le 15 mai, Dominique l'un des grands romans autobiographiques de son siècle. Il expose au salon de Paris, une aquarelle intitulée La Chasse.

1863 : Il publie Dominique aux éditions Hachette sans les modifications préconisés par George Sand. Toutefois, Fromentin dédicace son livre à George Sand. Il se plaindra de fautes commises par des correcteurs qui ont voulu lissé après le bon à tirer, des hardiesses de son style romantique.

Il expose au salon de Paris, Bivouac arabe, Chasse au faucon et Fauconnier arabe.

1864 : Il expose au salon de Paris, La chasse aux gazelles. Il devient membre du jury du Salon de Paris.

1865 : Il expose au salon de Paris, Chasse au héron.

1867 : Il expose au salon de Paris, Voleurs de nuit.

1868 : Il expose au salon de Paris, Centaures et arabes attaqués par une lionne.

1869 : Promu chevalier de la légion d'honneur, il voyage avec Théophile Gautier, en Egypte et sur le Nil à l'occasion de l'inauguration du Canal de Suez le 17 octobre. Il expose au salon de Paris, Halte de muletiers.

1872 : Après une interruption de trois ans, il expose au salon de Paris.

1875 : Il peint Le Nil et Un souvenir d'Esneh. Il voyage aux Pays Bas.

1876 : Il expose au salon de Paris et publie chez Plon, d'abord Les Maîtres d'Autrefois puis une édition corrigée de Dominique. Cette seconde édition est aujourd'hui l'édition de référence.

8 juin : Sa candidature à l'Académie française échoue par douze voix contre vingt et une à Charles Blanc.

27 août : Après une maladie de quelques jours, il meurt dans sa maison de campagne, à Saint Maurice, aujourd'hui quartier de La Rochelle sur la route de La Palice.

1879 : Dans le tome VII des Nouveaux lundis, Sainte-Beuve publie une analyse de Dominique chez Michel Lévy.

1935: Les éditions Montaigne publie Voyage en Egypte à titre posthume.

IMPRIMEZ LE TEXTE

LES LIVRES GRATUITS DE FROMENTIN

RESUME DE DOMINIQUE

Dominique de Bray, orphelin élevé par une vieille tante et un jeune instituteur, est d'une nature très sensible.

La cousine d'un de ses amis, Madeleine, de deux ans son aînée, le trouble profondément, mais elle épouse Alfred de Nièvres et prétend ne conserver avec son soupirant meurtri que des relations d'amitié. Généreuse, soucieuse de guérir l'impossible passion de Dominique, la jeune femme découvre avec terreur qu'elle l'aime aussi.

Elle l'éloigne alors pour toujours en mettant entre eux l'obstacle de sa confession. Après d'infructueux essais dans la vie littéraire et politique de Paris, Dominique reviendra vivre en gentilhomme campagnard, maire, mari et père, fidèle au souvenir d'un amour apaisé.

"Dominique" est la confidence d'un homme qui, ayant atteint l'âge mûr, jette un regard ému sur les illusions de ses années romantiques :

«Ce qu'il y a de plus clair pour moi, écrit Eugène Fromentin à George Sand, c'est que j'ai voulu me plaire, m'émouvoir encore des souvenirs, retrouver ma jeunesse à mesure que je m'en éloigne et exprimer sous forme de livre une bonne partie de moi, la meilleure.»

Ce roman personnel comporte une leçon de sagesse. Eugène Fromentin a voulu prouver «que le repos est un des rares bonheurs possibles; et puis encore que tout irait mieux, les hommes et les œuvres, si l'on avait la chance de se bien connaître et l'esprit de se borner».

IMPRIMEZ LE TEXTE

LES LIVRES GRATUITS DE FROMENTIN

CITATIONS

Buste d'Eugène Fromentin à la Rochelle

Je me suis mis d'accord avec moi-même, ce qui est bien la plus grande victoire que nous puissions remporter sur l'impossible.

Sais-tu quel est mon plus grand souci ? C'est de tuer l'ennui. Celui qui rendrait ce service à l'humanité serait le vrai destructeur des monstres.

L'absence unit et désunit, elle rapproche aussi bien qu'elle divise, elle relâche certains liens très solides, elle les tend et les éprouve au point de les briser.

L'art italien a cela de commun avec tous les arts fortement constitués, qu'il est à la fois cosmopolite parce qu'il est allé partout, et très altier parce qu'il s'est suffi.

L'art de peindre n'est que l'art d'exprimer l'invisible par le visible.

Il n'y a de définitif et d'absolu que les lois du beau.

Trop haut, c'est l'impossible ; trop bas ce sont les feuilles mortes. La vie n'est pas là ; regardez directement devant vous, à hauteur d'hommes, et vous la verrez.

Après avoir à ses débuts abordé le théâtre, pour lequel il ne se jugeait ni assez recommandé ni assez mûr, il s'était jeté dans le journalisme.

La peinture est à fleur de toile, la vie n'est qu'à fleur de peau.

LES LIVRES GRATUITS DE FROMENTIN

LIENS EXTERNES

Le lycée de jeunes filles, Fromentin à Alger avant l'indépendance : http://esmmaix.pagesperso-orange.fr/fromentin/index.htm

et : http://www.alger-roi.net/Alger/lycee_fromentin/lycee_fromentin.htm

ou : http://denisebd.wordpress.com/about/%E2%80%A2-uaala/lycee-fromentin/

Collège Fromentin à La Rochelle :  https://charente-maritime.fr/colleges17/ef-la-rochelle/evaweb/

Fromentin en Algérie : http://www.denecessitevertu.fr/2011/03/24/eugene-fromentin-voyage-en-algerie/

La genèse de Dominique

http://www.denecessitevertu.fr/2011/02/21/dominique-deugene-fromentin-la-genese-de-loeuvre/

 

 contactez nous par téléphone ou par e mail:

webmaster@fbls.info