BIOGRAPHIE DE VICTOR HUGO

"Victor Hugo (1802-1885) a traversé son siècle avec de charmantes compagnes à son bras"
Frédéric Fabre

26 février 1802: Victor Hugo naît à Besançon; il est le troisième fils d'un père lorrain Léopold et de Sophie Trébuchet Hugo.

1806 - 1809: Son père devient général de Napoléon et entraîne toute sa famille sur les routes de France et d'Europe notamment en Italie où Victor devient page de Joseph Bonaparte, frère aîné de Napoléon alors roi de Naples.

1810 - 1811: Sophie Trébuchet Hugo qui était rentrée à Paris, rejoint son mari à Madrid avec ses trois enfants. Elle y reste un an. Cette année-là, Victor Hugo est pensionnaire dans une institution religieuse de Madrid, le collège des Nobles.

Mars 1812: Ses parents se séparent et Sophie Trébuchet retourne vivre dans le quartier, presque désert alors, du Val de Grâce à Paris. Elle entretient une liaison avec Victor Fanneau de la Horie alors général d'empire. Victor Hugo grandit auprès d'une mère tendre, extrêmement indulgente et assez libérale en matière d'éducation. D'origine vendéenne, elle lui inculte l'amour de la monarchie. Il lit beaucoup et s'éprend à la fois de vers et de mathématiques.

1816: Se préparant à l'École polytechnique, il suit ses études au lycée Louis le Grand et s'adonne aux lettres. Alors qu'il n'a que quatorze ans, il note: "Je veux être Chateaubriand ou rien".

1817: L'Académie française organise un concours et pense lui décerner le prix. Mais le titre du poème de Victor Hugo, "Trois lustres à peine", suggère le très jeune âge du poète et effraye les jurés. Le prix lui échappe.

1819: Il gagne le concours de poésie des Jeux Floraux. Il se fiance secrètement, malgré la jalousie de son frère Eugène lui même amoureux et contre l'avis de sa mère, avec Adèle Foucher, une amie d'enfance.

1820: Il remporte pour la deuxième fois le concours des Jeux floraux. Il est alors surnommé l'es maître des jeux floraux.

9 mars: Victor Hugo reçoit une pension de 2000 francs du roi Louis XVIII pour son Ode sur la Mort du Duc de Berry.

1821: Sa mère Sophie Trébuchet Hugo meurt le 27 juin.

Le 20 juillet: Son père se remarie avec Catherine Thomas.

1822: Il publie ses Odes.

Le 12 octobre, il épouse Adèle Foucher à Saint-Sulpice. Alfred Vigny est son témoin. Son frère Eugène amoureux fou d'Adèle, ne s'en remettra pas. Il sombrera peu à peu dans la schizophrénie et sera interné.

1823: Il publie Hans d'Islande.

Juillet: Le premier fils des cinq enfants qu'auront Victor et Adèle Hugo naît. Ils auront trois fils et deux filles. Il s'appelle Léopold comme son grand-père.

le 9 octobre 1823: Léopold meurt prématurément.

1824: Victor Hugo publie en mars, ses Nouvelles Odes.

28 août: Léopoldine, sa première fille naît.

1825: Victor Hugo est chevalier de la Légion d'Honneur. Il devient chef de file d'un groupe de jeunes écrivains romantiques sous le nom le Cénacle, réunit par Charles Nodier à la bibliothèque de l'Arsenal.

Cliquez sur le bouton pour accéder aux livres gratuits de Victor Hugo.

1826: Il publie Bug Jargal, un roman commencé à l'âge de seize ans.

Il commence l'écriture de Cromwell, un drame techniquement injouable de 6000 vers avec de trop nombreux personnages.

A partir de cette année, jusque 1837, il séjourne fréquemment au château des Roches qui appartenait à Bertin l'Aîné, directeur du Journal des Débats. Il y rencontre Berlioz, Chateaubriand et Litz. Il y rédige la plupart des poésies des feuilles d'automne.

Le 2 novembre: Son fils Charles Hugo naît. Pendant ce même mois, il publie ses Odes et Ballades.

1827: Il publie en décembre son drame non joué Cromwell. Dans la préface qui est un véritable manifeste, il s'engage en faveur du romantisme contre le classicisme. Il s'oppose à l'unité de temps et de lieu. Il recommande de garder l'unité d'action et le devoir, pour l'art, de représenter la réalité sous tous ses aspects, même les plus laids et les plus grotesques.

Une amitié débute avec Sainte-Beuve.

1828: Son père meurt le 29 janvier.

28 octobre: Son troisième fils, François Victor Hugo naît.

1829: En janvier et février: publication des Orientales et du Dernier jour d'un condamné; il s'y déclare abolitionniste: «La peine de mort est le signe spécial et éternel de la barbarie».

En Août, sa pièce Marion De Lorme est censurée pour cause d'allusions politiques.

Timbres du Tchad sur VICTOR HUGO

1830: Victor Hugo devient le chef de file de l'école romantique. Chateaubriand le complimente: «Je m'en vais, Monsieur, et vous venez».

Le 25 février: Lors de la première représentation devant le public de la Comédie-Française de Hernani, a lieu une "bataille" mémorable entre les partisans du classicisme et les jeunes  romantiques emmenés par le gilet rouge de Théophile Gauthier. Ces derniers remportent le succès par leurs applaudissements. Ils livrent chaque soir ce que l'on appellera "la bataille d'Hernani" qui offrira les plus grosses recettes théâtrales du XIXe siècle. Les spectateurs revenaient plusieurs soirs de suite pour participer à la bataille. Chaque soir, les fauteuils volent au dessus des têtes des spectateurs. Pourtant le théâtre reste bénéficiaire à chaque représentation!

15 mars: Il publie son premier roman historique, Notre Dame de Paris.

Juillet: La Révolution de 1830 permet à sa pièce, Marion de Lorme, d'être jouée à la Porte Saint-Martin. Elle remporte un grand succès.

Le 28 juillet: Sa deuxième fille Adèle Hugo naît.

Août: L'idylle entre Adèle, l'épouse de Victor Hugo et Sainte-Beuve, débute.

Le 24 novembre: Il publie Les Feuilles d'Automne.

1832: Il écrit deux pièces: Le Roi s'amuse et Lucrèce Borgia.

Le 22 novembre: Première au Théâtre - Français de Le Roi s'amuse. Un scandale éclate pour cause d'allusions politiques. La pièce est interdite. Cette interdiction vaudra à Victor Hugo de plaider lui-même lors d'un procès mémorable, la cause de la liberté d'expression.

1833: Première le 2 février de Lucrèce Borgia. Juliette Drouet y obtient un rôle.

Mars: Juliette Drouet devient la maîtresse "officielle" de Victor Hugo et le restera jusqu'à sa mort.

Le 6 novembre: Première de Marie Tudor, le rôle titre est interprété par Mademoiselle Georges, actrice favorite de Napoléon 1er.

1834: Il publie Claude Gueux et "littérature et philosophie mêlées" qui reprend quelques fragments d'Irtamène, sa première tragédie écrite à l'âge de 15 ans.

Juliette Drouet s'enfuit en Bretagne. Victor Hugo la rejoint.

1835: Il écrit Angelo tyran de Padoue dont la première a lieu le 28 avril. Victor Hugo rompt avec Sainte-Beuve.

Le 26 octobre, il publie Les Chants du crépuscule.

1836: Victor Hugo essuie ses deux premiers échecs à l'Académie française : le 18 février, elle lui préfère Dupaty et le 29 décembre, Mignet.

1837: Il publie Les Voix intérieures. Son frère Eugène meurt. Victor Hugo se rapproche de la famille royale d'Orléans. Il est fait Officier de la Légion d'Honneur.

1838: Première de Ruy Blas, Victor Hugo a écrit la pièce pour l'inauguration du Théâtre de la Renaissance. Lassé des querelles du Théâtre Français, il espère bien faire du Théâtre de la Renaissance où il retrouve son ami Alexandre Dumas, son théâtre privilégié.

Il fonde avec notamment Balzac, Georges Sand, Théophile Gauthier et Alexandre Dumas, la Société des gens de lettres, une association d’auteurs destinée à défendre le droit moral ainsi que les intérêts patrimoniaux et juridiques des auteurs de l’écrit.

1839: Il voyage avec Juliette Drouet en Alsace, en Suisse et dans le sud-est de la France.

1840: Il publie Les Rayons et Ombres.

Après son troisième échec à l'Académie Française. "Il ne serait pas dit que le premier des poètes soit à l'académie mais le dernier, oui !"

Il assiste avec Juliette au retour des cendres de Napoléon.

1841: A sa quatrième tentative, Victor Hugo est enfin élu à l'Académie Française. La réception a lieu le 3 juin.

1842: Il publie Le Rhin, impressions de voyage

1843: Sa fille Léopoldine épouse Charles Vacquerie.

Le 7 mars, première des Burgraves, cet échec marque la fin du rêve de Victor Hugo d'un théâtre ambitieux et populaire. Il s'éloigne du théâtre.

Le 4 septembre, Léopoldine et son époux se noient dans la Seine, à Villequier. Victor Hugo, alors dans les Pyrénées, l'apprend le 9 septembre par la lecture d'un journal. Il rentre à Paris le 12 pour subir une période de deuil et de désespoir. Il arrête d'écrire pendant deux ans. Il se lancera dans des expériences de spiritisme pour tenter de communiquer avec sa fille défunte.

1844: Verdi reprend Hernani pour créer le livret de son opéra Ernani.

1845: Le 13 avril, Louis-Philippe signe le décret nommant Victor Hugo pair de France.

Au printemps, il a une liaison passionnée avec Léonie Biard auprès de laquelle il est surpris le 5 juillet en flagrant délit d'adultère. Suire au scandale public, Léonie Biard est emprisonnée tandis que son titre de pair de France permet à Victor Hugo d'échapper à la prison. Victor Hugo tente de se faire oublier et commence à écrire les Misères qui deviendront Les Misérables.

1848: Victor Hugo est élu député le 4 juin.

Le 20 juin, il prononce son premier discours à l'Assemblée Constituante et fonde le journal l'Événement pour préparer sa candidature à la Présidence de la République. A la Constituante, il siège parmi la droite et vote ordinairement avec elle.

Peu soutenu dans sa candidature à la Présidence, mais réélu député de Paris, il siège à gauche de l'Assemblée législative, se marque énergiquement comme anticlérical et incline peu à peu vers le groupe socialiste.

D'abord monarchiste, il devient un fervent républicain de gauche. En ce sens, il soutient la candidature de Louis Napoléon Bonaparte à la présidence de la République: «là où la connaissance n'est que chez un homme, la monarchie s'impose. Là où elle est dans un groupe d'hommes, elle doit faire place à l'aristocratie. Et quand tous ont accès aux lumières du savoir, alors le temps est venu de la démocratie».

Etude préparatoire du recto
du billet de 500 francs type 1953,
portrait de Victor Hugo jeune, peinte par Lefeuvre

Recto du billet de 500 francs type 1953 "Victor Hugo";
l'illustration définitive, portrait de Victor Hugo âgé inspiré
d'une œuvre de Léon Bonnat, est due à Clément Serveau

1849: En juillet, Victor Hugo fait scandale à l'Assemblée en prononçant son discours sur la misère. Ayant soutenu sa candidature l'année précédente et n'ayant obtenu aucune récompense par un poste ministériel, il s'oppose à Louis Napoléon qu'il qualifie de tyran.

1850: Victor Hugo prononce à l'Assemblée plusieurs discours sur la liberté de l'enseignement contre les lois Falloux, sur le suffrage universel et sur la liberté de la presse.

1851: Verdi reprend le roi s'amuse pour créer le livret de son opéra Rigoletto. Hugo n'apprécie pas l'adaptation de son œuvre: «Défense de déposer de la musique au pied de mes vers !»

En juin, Victor Hugo prononce un discours à l'Assemblée contre les projets de Louis Bonaparte.

Fin juillet, Charles Hugo est écroué à la Conciergerie.

En novembre, François Victor est à son tour écroué.

Violemment opposé au coup d'État du 2 décembre 1851, Victor Hugo tente en vain d'organiser la résistance.

Le 11 décembre au soir, muni d'un faux passeport, il prend le train pour Bruxelles.

Durant son exil qui durera jusqu'à la chute de Napoléon III en 1870, il écrit des satires contre celui qu'il appelle "Napoléon le petit". Durant cette époque, il produit des chefs d'œuvres dont Les contemplations, La légende des siècles et Les misérables.

1852: Début janvier, Louis Napoléon Bonaparte signe le décret d'expulsion qui frappe Victor Hugo. Celui-ci lui répond en publiant en Août "Napoléon le Petit".

Le 5 août, Victor Hugo arrive à Jersey et s'y installe. Il consigne ses expériences de spiritisme dans Les Tables tournantes de Jersey.

Ses dessins à l'encre de chine deviennent mystiques et fantastiques. Cet art, qu'il pratiquera toute sa vie, le divertit. Ses œuvres sont, en général, de petite taille et il s’en sert tantôt pour illustrer ses écrits notamment Les Travailleurs de la mer, tantôt pour les envoyer à ses amis pour le jour de l’an ou à d’autres occasions.

1853: Il publie Les Châtiments. Les 98 poèmes des Châtiments décrivent sa colère et son indignation suite au coup d'état de Louis Napoléon Bonaparte.

Octobre 1855: Les autorités de Jersey expulsent Victor Hugo. Il quitte Jersey pour Guernesey, une île plus petite et plus sauvage que Jersey.

1856: Il publie en avril, Les Contemplations dont certaines poésies sont consacrées au chagrin de la mort de sa fille aînée. Avec ses droits d'auteur, il achète Hauteville House, une grande maison qui donne sur la mer.

En décembre, Adèle, sa seconde fille qui supporte difficilement cet exil tombe gravement malade.

Timbres de Guenersey sur Victor Hugo.

Juin 1858: Victor Hugo tombe gravement malade. Pendant plus d'un mois il doit garder la chambre. Il ne sort, très affaibli, pour la première fois que le 4 août.

1859: Napoléon III accorde l'amnistie aux proscrits républicains en Août. Victor Hugo se refuse pourtant à regagner la France. "S'il n'en reste qu'un je serai celui là".

En septembre, il publie La Légende des siècles.

1861: Pour la première fois, il quitte Guernesey, en mars, pour se rendre en Belgique puis au Grand Duché du Luxembourg. Il termine Les Misérables.

En septembre, il regagne Guernesey sans son fils Charles qui préfère rester sur le continent.

1862: Il publie en avril la première partie des Misérables à Paris. Les deuxièmes et troisièmes parties paraîtront toujours à Paris, en juin. Adèle a représenté son époux dans la capitale française.

1864: Il publie une étude critique sur William Shakespeare.

Janvier 1865: Suite à la mort de la fiancée de François Victor, sa mère et lui quittent Guernesey pour s'installer à Bruxelles.

Mi-octobre: Victor Hugo assiste à Bruxelles au mariage de son fils Charles.

Le 25 octobre, il publie Les Chansons des rues et des bois.

Le 30 octobre, il rentre à Guernesey.

1866: Il publie Les Travailleurs de la mer, Mille francs de récompense et l'Intervention.

31 mars 1867: Suite à la naissance de Georges Hugo à Bruxelles, Victor Hugo est grand-père pour la première fois.

1868: Son petit fils Georges meurt.

Août: Son épouse Adèle Hugo meurt.

Avril et mai 1869: Il publie les quatre tomes de l'Homme qui rit.

1870: Lucrèce Borgia est repris en février à Paris.

Le 4 septembre, la Troisième République est proclamée.

Le 5 septembre, Victor Hugo est accueilli triomphalement à Paris, mais la France est sous le joug de l'armée prussienne.

Lettre du Ballon monté le "Victor Hugo"

Le 19 septembre 1870 la ville de Paris est cernée par les prussiens. Le siège durera 4 mois, jusqu'au 28 janvier 1871. La Compagnie des Aérostiers Militaires, dont le photographe Nadar fait parti, utilisaient les ballons captifs pour observer les lignes ennemis. Nadar pense alors à les utiliser pour faire passer le courrier des parisiens au dessus des lignes allemandes. Durant les 136 jours du siège, 67 mongolfières seront utilisées dont celle appelée Victor Hugo. Elles étaient fabriquées dans la Gare du Nord et dans la gare d'Orléans.

1871: Tête de liste des républicains à Paris, Victor Hugo est élu député. Victor Hugo pressent que les États Unis d'Europe seraient le rempart définitif contre la Guerre. Il veut soutenir cette idée à l'Assemblée Nationale.

En février, il part avec sa famille pour Bordeaux où va siéger l'Assemblée Nationale.

8 mars: Victor Hugo donne sa démission. Malgré un discours contre l'invalidation de l'élection de Garibaldi, il n'est pas suivi. Il quitte l'assemblée avec son ami.

13 mars: Charles Hugo meurt subitement à Bordeaux.

Bien que non "communard", il soutient les "partageux" de la commune contre la répression qui s'abat: «Des bandits ont tué 64 otages. On réplique en tuant 6 000 prisonniers !». Il doit alors se réfugier en Belgique. Les autorités françaises le retrouvent. Il est expulsé mais il trouve refuge pendant trois mois et demi au Grand Duché du Luxembourg.

Du 1er juin au 23 septembre, il séjourne successivement à Luxembourg, Vianden durant deux mois et demi, à Dierkich et à Mondorf où il suit une cure thermale.

1872: Il publie L'Année Terrible.

En janvier, Victor Hugo est de nouveau battu aux élections.

En février, sa fille Adèle est internée à Saint-Mandé où elle mourra le 21 avril 1915.

En août, Victor Hugo repart à Guernesey. Il y commence Quatre-Vingt-Treize.

26 décembre 1873: Son second fils François Victor meurt.

1874: Il publie Quatre Vingt Treize et Mes Fils.

1875: Il publie en juin le premier volume d'Actes et Paroles concernant ses actions avant l'exil.

En novembre, il publie le second volume d'Actes et Paroles concernant la période de l'exil.

1876: Il est élu sénateur de Paris en janvier. Il y ouvre un salon tenu par Juliette Drouet. Il a l'auréole du vieux sage républicain adulé par les foules. Il est surnommé affectueusement "le vieux". Pourtant cette vénération ne se traduit pas en vote direct sur son nom aux législatives. Tous les responsables politiques et tous les écrivains en vogue se pressent dans son salon. Lockroy, membre influent du parti radical est un habitué. Il deviendra le gendre du "vieux". Il en tirera un bénéfice électoral incontestable et deviendra plusieurs fois, ministre.

Le 22 mai, il intervient au Sénat en faveur de l'amnistie des communards. Il vote constamment avec la gauche. Ses opinions politiques sont représentées par le journal Le Rappel, fondé vers la fin de l'Empire par ses parents et alliés.

En juillet, il publie le troisième volume d'Actes et Paroles concernant la période postérieure à l'exil.

1877: Il Publie en février, la deuxième série de La Légende des Siècles.

En mai, il publie L'Art d'être grand-père.

Le 10 octobre, il publie la première partie de Histoire d'un crime.

1878: Il publie en mars, la deuxième partie de Histoire d'un crime et en avril, Le Pape.

Fin juin, Victor Hugo est victime d'une congestion cérébrale.

Le 4 juillet, il part pour Guernesey et le 13 octobre, il fait une rechute.

Le 9 novembre, il rentre à Paris et s'installe avenue d'Eylau, sa dernière demeure. Il va pratiquement cesser d'écrire.

1879: Il publie en février, La Pitié Suprême.

Le 28 février, il fait une nouvelle intervention au Sénat, en faveur de l'amnistie des communards.

1880: Il publie Religions et religion, écrit en 1870.

1881: Il publie la troisième série de La Légende des Siècles.

27 février: Un Immense hommage est rendu à Victor Hugo, le jour de son quatre-vingtième anniversaire. Six cent mille personnes, écoliers, ouvriers, parisiens de tous horizons défilent toute la journée sous ses fenêtres et laissent une avenue d'Eylau couverte de fleurs. L'avenue sera rebaptisée dès cette année là, Avenue Victor Hugo.

Corbillard de Victor Hugo lors des obsèques nationales.

1882: Il publie Les quatre vents de l'Esprit. Torquemada est joué à Paris.

1883: Juliette Drouet meurt le 11 mai.

En juin, il publie le troisième Tome de La Légende des Siècles et L'archipel de la Manche.

1885: Il est victime d'une congestion, le vendredi 15 mai.

Vendredi 22 mai: Victor Hugo meurt.

Le gouvernement et le président du Conseil Brisson décident de réserver des funérailles nationales à ce grand républicain, symbole d'une république qui devient crédible et qui s'enracine.

1er juin: Une foule immense lui rend hommage en criant "Vive Victor Hugo". Trois millions de personnes se sont déplacées. Seul, Anatole France aura des funérailles aussi grandioses. Ses dernières volontés sont en partie exécutées: «Je donne cinquante mille francs aux pauvres et je désire être porté au cimetière dans leur corbillard. Je refuse l'oraison de toutes les Églises. Je demande une prière à toutes les âmes. Je crois en Dieu». Il est bien transporté dans le «corbillard des pauvres» mais son corps est déposé au Panthéon et non au cimetière du Père Lachaise.

1886: Publication posthume du Théâtre en Liberté et de La Fin de Satan.

1887: Publication posthume de la première série de Choses vues

1891: Publication posthume d'un recueil de poésie: Dieu

1900: Publication posthume de la deuxième série de Choses vues.

1941: Nouvelle publication posthume complétée de Dieu.

CITATIONS DE VICTOR HUGO

Défense de déposer de la musique au pied de mes vers !

S'il n'en reste qu'un je serai celui là

Le vrai nom du dévouement, c'est désintéressement.

Les nations ont le crâne bien ou mal fait selon leurs institutions.

L'amour, c'est plus que l'union, c'est l'unité.

En ménage, mieux vaut s'embrasser que se mordre.

Cerveau bien fait, cœur bien fait.

L'œil de l'homme est une fenêtre par laquelle on voit les pensées qui vont et viennent dans sa tête.

Il faut que jeunesse se passe et que vieillesse se casse.

La peine de mort est une amputation barbare.

La peine de mort est le signe spécial et éternel de la barbarie

La guillotine, cette veuve sur laquelle on se couche et qu'on ne féconde jamais.

Le despotisme reste le despotisme, même sous le despote de génie.

L'ignorance vaut encore mieux que la mauvaise science.

Quand le peuple a faim, le peuple a froid, la misère le pousse au crime ou au vice.

La nécessité de se faire justice soi-même est un cul-de-sac où l'on se trouve engagé quelquefois.

Un méchant homme jouit de tourmenter.

La popularité ne va jamais sans la défaveur.

Là où la connaissance n'est que chez un homme, la monarchie s'impose. Là où elle est dans un groupe d'hommes, elle doit faire place à l'aristocratie. Et quand tous ont accès aux lumières du savoir, alors le temps est venu de la démocratie

La faiblesse de l'âge excuse celle de l'esprit.

Heureux qui se limite et sage qui s'enferme !

Les plus petits esprits ont les plus gros préjugés.

À quoi bon avoir tant lutté si tout s'effondre !

Tout ce qui résume l'humanité est surhumain.

Les femmes sont faibles, mais les mères sont fortes.

Persévérer, secret de tous les triomphes.

La persévérance est une force.

Persévérer, c'est vaincre.

La porte du médecin ne doit jamais être fermée, celle du prêtre doit toujours être ouverte.

On commence par être dupe, on finit par être fripon.

Blâmer tout c'est ne comprendre rien.

Lucifer passait tranquille, il a aperçu la femme : Il est devenu Satan.

Qui aime bien cingle bien.

Qui n'avoue rien confesse tout.

La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.

Christ sourit à qui le repousse.

Je crois ce que je dis, je fais ce que je crois.

Une femme est un diable très perfectionné.

Toutes violences ont un lendemain.

Quand on est pas compris, c'est qu'on n'est pas intelligent.

Qui combat la France attaque l'avenir.

Ils sont tous les mêmes ces infâmes ! Tendres pour leur amante, et durs avec leurs femmes !

LIENS EXTERNES

Groupe Hugo: http://groupugo.div.jussieu.fr/

Les Amis de Victor Hugo: http://www.victorhugo.asso.fr/

Musée de Victor Hugo à Paris: http://www.musee-hugo.paris.fr/

Les maisons de Victor Hugo en France: http://www.terresdecrivains.com/Victor-HUGO,94.html

La maison de Victor Hugo à Guenersey: http://www.hautevillehouse.com/

Victor Hugo au Luxembourg: http://victor-hugo.lu

Victor Hugo et la politique: http://www.victorhugo2002.culture.fr/

Victor Hugo vu par le Sénat: http://www.senat.fr/evenement/archives/D24/hugo.html

Les dessins de Victor Hugo: http://rocbo.chez-alice.fr/Max/culture/graph/hugo.htm

Maison Littéraire de Victor Hugo: http://www.maisonlitterairedevictorhugo.net/

Autres Biographies de Victor HUGO

DES LYCEES PORTENT LE NOM DE VICTOR HUGO EN HOMMAGE

Le Lycée Victor Hugo à Besançon: http://lyceehugobesancon.org/lvh/

Le Lycée Victor Hugo à Paris : http://www.ac-paris.fr/serail/jcms/s2_119273/ee-lg-clg-victor-hugo-portail

Le Lycée Victor Hugo à Lunel: http://www.victorhugo-lunel.fr/

Le Lycée Victor Hugo à Caen: http://www.etab.ac-caen.fr/vhugo/

Le lycée Victor Hugo à Hennebont : http://www.lyceevictorhugo-hennebont.com/

Le Lycée Victor Hugo à Colomiers: http://pedagogie.ac-toulouse.fr/lyc-international-colomiers/index.html

Le Lycée Victor Hugo à Marseille: http://www2.lyc-hugo-marseille.ac-aix-marseille.fr/

Le Lycée Victor Hugo à Carpentras: http://www2.lyc-hugo-carpentras.ac-aix-marseille.fr

Le Lycée Victor Hugo à Poitiers: http://www.lyc-victorhugo.ac-poitiers.fr/

Le Lycée Victor Hugo à Gaillac: http://victor-hugo-gaillac.entmip.fr/

Le Lycée Victor Hugo de Château Gontier: http://lyc-hugo-53.ac-nantes.fr/

Le Lycée Victor Hugo à Marseille: http://www2.lyc-hugo-marseille.ac-aix-marseille.fr/

Le Lycée Victor Hugo à Frankfort en Allemagne: http://www.lycee-francais-francfort.com/

Le Lycée Victor Hugo à Alger en Algérie: http://algerlyceevictorhugo.free.fr/

Le Lycée Victor Hugo à Marrakech : http://www.citescolairehugorenoir.org/

Le Lycée Victor Hugo à Sofia en Bulgarie: http://www.vhugo.org/

Contactez nous par téléphone, par e mail ou sur facebook :