DECADENTS OU SYMBOLISTES
cliquez sur les auteurs violet pour accéder à leur biographie

   Un groupe de poète se détachent des parnassiens pour privilégier le fond à la forme. Ils réclament plus de liberté dans les vers que les parnassiens. Ils furent alors considérés comme des poètes décadents voir pour certains maudits car non reconnus par le public.

Ils se réclament de Charles Baudelaire (1821-1867) et de son œuvre majeure "les fleurs du mal" publiée entre 1857 et 1861.

Le mot "décadent" donné par ironie et moquerie fut revendiqué puis porté avec fierté. Ils réclamaient comme principe artistique la perception de la subjectivité de la personnalité.

Ils préférèrent bientôt le terme de symbolistes

Le symbole serait une association de deux réalités qui forment le signe de la réalité.

Sous l'antiquité grecque, le "symbolion" est une poterie coupée en deux morceaux et partagées entre chacune des deux cités grecques pour marquer le lien juridique qui les réunit. 

Les symbolistes se réunissent dans les cafés, au célèbre cabaret le "chat noir" et dans l'appartement parisien de Mallarmé, tous les mardis soirs.

LES HOMMES

Un parrain 

Mallarmé Stéphane (1842-1898)

Des poètes maudits

Laforgue Jules (1860-1887)

Lauréamont (1846-1870)

Rimbaud Arthur (1854-1891)

Verlaine Paul (1844-1896)

Un cercle de poètes de la seconde génération

Cros Charles (1860-1887)

Paul Fort (1872-1966) dont les ballades françaises lui offrirent le titre de "prince des poètes"

Jammes Francis (1868-1938)

Merill Stuart (1863-1915) né aux U.S.A, il est le fils de l'ambassadeur américain à Paris et y rencontre Mallarmé

Moréas Jean (1856-1910)

Régnier Henri (1864-1936) le gendre de Mallarmé

Rollinat Maurice (1846-1903) est un habitué du chat noir et écrit en 1883, les névroses.

Rodenbach Georges (1855-1898)

Saint Paul Roux (1861-1940)

Samain Albert (1858-1900)

Tristan Corbière (1845-1875)

Verhaeren Emile(1855-1916)

Vielé-Griffin (1863 à Norfolk aux USA - 1937).

Deux créateurs de pièces de théâtre

Jarry Alfred (1873-1907)

Maeterninck Maurice (1864-1949) qui est par ailleurs,  l'un des écrivains du premier XXe siècle.

 

LES JOURNAUX DU SYMBOLISME

Les journaux du symbolisme ou qui ont favorisé le mouvement :

Le symbolisme

Le décadent

La revue indépendante

La Plume

Le Mercure de France

Les journaux qui collaborent au mouvement:

Le Figaro

Lutèce

La Vogue

Les illuminations

L'écho de Paris

LES GRANDES DATES DU SYMBOLISME

1876: l'après midi d'un faune de Mallarmé

1882: Art poétique dans Paris moderne de Verlaine. c'est le manifeste du symbolisme.

1884: Premier mardi chez Mallarmé

1885:  Les complaintes de Jules Laforgue

1886: Manifeste de symboliste publié dans le Figaro par Jean Moréas

1891: Création de l'école romane autour de Jean Moréas et Charles Maurras pour "revenir aux sources classiques de l'antiquité, à la clarté et la régularité des vers traditionnels".

Contactez nous par téléphone, par e mail ou sur facebook :

webmaster@bookine.net