MAX POL FOUCHET

"C'est une vieille habitude des hommes que de chercher une clef partout ailleurs que sur la porte où elle se trouve"
Max Pol Fouchet

"Max Pol Fouchet (1913-1980) est un humaniste épris de liberté qui a traversé avec honneur une période troublée"
Frédéric Fabre

Premier mai 1913: Max Pol Fouchet nait dans une famille d'armateur à Saint Vaast la Hougue en Normandie. Fils unique, il est baptisé sur l'un des voiliers de son père nommé LIBERTE.

1918: Gazé, pendant la guerre alors qu'il tentait de sauver des soldats blessés allemands, son père malade, n'arrive pas à sauver son entreprise et fait faillite. La famille part vivre à Bruxelles où son père ouvre un comptoir de mode. L'argent manque. Le fils se sent seul à l'école parmi les flamands. La santé du père décline sous le climat bruxellois.

1923: La famille part pour le soleil de l'Afrique du Nord et s'installe à Alger.

1928: Max Pol commence ses études au Lycée Hoche. Il se passionne pour Anatole France. Il  écrit et illustre son premier roman "Gaël le Terre Neuvas". Il élabore avec un camarade de classe, une première revue d’actualités culturelles, L’Os à Moelle.

1929: Son père, Paul Hubert Fouchet meurt. Sur son lit de mort, il fait jurer à son fils de «tendre la main aux allemands par dessus sa tombe», et d’œuvrer à la fraternité entre les peuples. Max Pol rencontre au lycée Bugeaud, Albert Camus. Ils se découvrent une passion commune pour Dostoïevski. Malgré leurs divergences politiques, Camus est alors communiste alors que Max Pol est socialiste,  une amitié profonde s’établit entre eux. Max Pol connaît son premier grand amour avec Simone Hié.

1930: Elèves du philosophe Jean Grenier, ils écrivent sous l’égide de leur professeur dans la revue Sud, formant avec d’autres étudiants, tous élèves de Le Corbusier, un petit groupe d’intellectuels et d’artistes en avance sur leur temps. Atteints tous deux de tuberculose, Camus et Fouchet séjourneront ensemble au sanatorium de Saint Hilaire du Touvet durant leur année de terminale. Max Pol entame alors une longue correspondance avec l’écrivain Jean Giono.

1931: Max Pol fonde les Jeunesses Socialistes d’Algérie, qu’il dote d’un bulletin, nommé Non ! Orateur de talent, il multiplie les meetings dans le bled avec l’appui du Front Populaire. Sa mère, Lucie Fouchet refait sa vie avec un négociant proche des Croix de Feu. Max Pol alors étudiant, rompt avec le milieu familial bourgeois. Il endosse le bleu de travail pour exercer plusieurs métiers, dont celui de peintre en bâtiment.

1933: Il s'embarque comme mousse sur le cargo Monique Schiaffino. Lorsqu’il revient à Alger après avoir effectué son service militaire, Simone Hié, sa fiancée dont il est très amoureux, a épousé Albert Camus. Cette double trahison le blesse profondément.

1934: Max Pol Fouchet décide de reprendre ses études et de terminer sa licence. Afin de subvenir à ses besoins, il travaille comme surveillant à l’école Lavigerie, dont les conditions de vie extrêmement précaires occasionnent une rechute de sa maladie. Lors de sa convalescence à Sainte Hilaire, il rencontre Emmanuel Mounier, qui lui propose de devenir le correspondant de la revue "Esprit" pour l’Afrique du Nord.

1935: A Alger, le jeune libraire Edmond Charlot, se lance dans l’édition et publie les œuvres de Jean Grenier puis d’Albert Camus.

1937: Au lendemain de la Guerre d’Espagne, le jeune militant marque son désaccord avec la position du gouvernement Blum et démissionne du Parti Socialiste. Il obtient, une bourse d’études pour l’Ecole Française d’Athènes et travaille à Delphes avec une équipe d’archéologie. Edmond Charlot publie le premier recueil de poèmes de Max Pol Fouchet, "Simples sans vertu".

1938: Edmond Charlot publie le deuxième recueil de poèmes de Max Pol Fouchet, "Vent Profond".

1939: Max Pol Fouchet est nommé conservateur adjoint au musée des Beaux Arts d'Athènes, prépare l’agrégation d'histoire et sera reçu au Concours des Musées Nationaux. Il participe avec un groupe de jeunes poètes à la publication de la revue Mithra, que dirige Charles Autrand. Lorsqu’à l’automne 1939,  ce dernier est appelé au front, Max Pol reprend la direction de la revue qu’il rebaptise "Fontaine", du nom du livre le plus célèbre d'un écrivain anglophone qu’il admire, Charles Morgan.

1940: A la veille de l’appel de De Gaulle, il rédige l’éditorial «Nous ne sommes pas vaincus», qui au cœur de l’été 1940, ralliera autour de la revue Fontaine l’ensemble des écrivains entrés en résistance, tels Georges Bernanos, Jean Cocteau, Louis Aragon, Paul Eluard et Vercors. Sous Vichy, Max Pol Fouchet est, comme tous les socialistes, écarté de l’enseignement. Il trouve un emploi de chroniqueur à l’Echo d’Alger et poursuit ses activités résistantes. Il rejoint le mouvement Jeune France qu’il coordonne en Afrique du Nord.

1941: En juillet, il épouse Jeanne Ghirardi, une jeune universitaire qu'il a rencontré durant ses études.

1942: Jeanne Ghirardi meurt en janvier dans le naufrage du Lamoricière au large des Baléares. Il publie alors un recueil de poèmes "Les limites de l'amour".

En février, des membres de l’équipe de Fontaine dont son  secrétaire et Edmond Charlot sont arrêtés avec leurs familles et emprisonnés à la prison de Barberousse. Ils seront relâchés durant le voyage de Pierre Pucheu en Algérie. Au même moment, Max Pol se rend métropole, où Paul Eluard lui remet le poème "Une Seule pensée", plus connu sous le nom de "Liberté", qui paraîtra en première page de Fontaine en juillet.

Au soir du 8 novembre, Max Pol, devenu un membre actif de la résistance locale, participe au putsch destiné à la préparation du débarquement allié. Suspecté au moment de l’assassinat de Darlan le 24 décembre 1942, il est obligé de se cacher à l’ambassade américaine où il trouve refuge durant plusieurs mois.

1943: Proche des milieux gaullistes, il partage une chambre avec Saint Exupéry chez le Docteur Pélissier et fait des émissions sur Radio Alger.

1944: Il part pour Londres en qualité de correspondant de guerre. Il intervient à la BBC. Il rejoint Paris avec les troupes du débarquement et se fait nommé au Conseil directeur du Comité National des écrivains. Il publie chez son ami Edmond Charlot "La France au cœur, Chroniques de la Résistance 1940-1944".

1945: Max Pol Fouchet parcourt le monde. Conférences, voyages d’études et de découverte, vont révéler au grand public ses talents conjugués d’historien d’art, d’ethnographe, de photographe et de cinéaste. 

1946-1947: Il donne à Copenhague une série de conférences et publie "Aspects de la Littérature Anglaise 1918 -1940" chez Fontaine.

1948: Il est invité aux Rencontres Internationales de Genève.

1949: Il commence à séjourner régulièrement aux Etats-Unis jusque 1974 en qualité de conférencier dans les comités de l’Alliance Française. Professeur à la Columbia University, à Middlebury, il enseigne durant plus de dix ans à l’American University Center à Paris.

1952: Il découvre le Brésil, le Guatemala et le Mexique.

1953: Il publie chez Buchet et Chastel, un travail d'ethnologie majeur, avec "Les Peuples Nus" tiré de ses voyages d'Afrique. Il débute sa carrière à la télévision. Il y rencontre Marguerite Gisclon, qui deviendra son épouse.

1955: Il publie "Terres Indiennes" à la Guilde du livre Clairefontaine à Lausanne et "Roger Bissière", un musée de poche chez Georges Fall.

1957: Max Pol Fouchet subit un accident de brousse survenu au Cameroun. Il se repose à Vézelay et achète une maison où il place son bureau face au grand panorama bourguignon.

Il publie "L'Art amoureux des Indes" à la Guilde du livre Clairefontaine à Lausanne pour présenter l'amour dans l'art indou et "Le Fil de la Vie" chez Robert Laffont.

1958: Auteur et animateur bi hebdomadaire de la chronique radiophonique "Le Fil de la vie", il l'interrompt suite aux évènements d'Algérie.  En juillet  il crée et anime "Lectures pour Tous" aux côtés de Pierre Desgraupes, Pierre Dumayet, et Nicole Vedrès, pour faire découvrir en direct chaque semaine de nouveaux livres aux téléspectateurs français. Il publie une "Anthologie thématique de la poésie française" chez Seghers.

1959-1974: Max Pol Fouchet réalise deux séries de films nommés "Terre des Arts" pour traiter plus d’une cinquantaine de sujets d’histoire de l’art, d'archéologie et de littérature. Il publie à la Guilde du livre Clairefontaine à Lausanne "Portugual des Voiles".

1960: Marianne, sa fille unique naît en juillet.

1961: Il publie un recueil de poème "Demeure le Secret" aux éditions Mercure de France.

1962: Il publie "L'Art de Carthage" aux éditions Georges Fall.

1965: Il publie "Nubie, Splendeur Sauvée" où l’archéologue, missionné pour la sauvegarde des monuments pharaoniques, révèle les vestiges de la civilisation du Nil. Il publie aussi Jean Bertholle aux éditions du Sphinx.

1967: Il publie "Les Appels" chez Mercure de France.

1968: Max Pol Fouchet prend une part active aux manifestations populaires de mai en sa qualité de Président du Syndicat national des producteurs de télévision. Son émission sera alors supprimée de l’antenne à la demande du général De Gaulle.

Il publie "Un jour je n'en souviens" chez Mercure de France.

1969: Il tient sur RTL, une chronique "Le Journal Musical d’Un Ecrivain".

1970: Il reçoit en RDA une médaille commémorative en remerciement de son travail sur Beethoven. Il publie "Lire Rembrandt" aux Editeurs Français Réunis.

1971: Il retrouve sa place de chroniqueur littéraire à la Télévision avec l’émission "Italiques".

1972: Il débute une série de treize films sur Les Impressionnistes et publie "Les Evidences Secrètes" chez Grasset.

1973: Il réalise un long périple en Océanie, sur les traces de Paul Gauguin dans le but de terminer pour la télévision la série "Les Impressionnistes".

1974: Il est écarté définitivement de la télévision à cause de ses positions tranchées contre la peine de mort. Il publie "Les Nus de Renoir" et le livre "Paris Insolite" avec les photos de Robert Doisneau aux Editeurs Français Réunis. Il participe au Journal Libération et publie des articles.

1975: Il publie un livre sur la peinture de Robert Helman aux éditeurs Cercle d'Art et "Les Eloges de Sidi Bou Saïd" chez Cérès.

1976: Il publie un livre sur le peintre Wifredo Lam. Chez Grasset, il publie un roman  tiré de ses souvenirs d'Amérique du Sud, "La Rencontre de Santa Cruz".

1978: Il se rend dans l’URSS de Brejnev.

1979: Il publie "Fontaines de mes jours" chez Stock.

1980: Il voyage au printemps vers Cuba, afin de rendre un dernier hommage à l’écrivain Alejo Carpentier. Il publie chez Grasset des textes poétiques en prose à double sens "Histoire pour dire autre chose" et un autre texte, "La Relevée des Herbes".

Le 22 août 1980, Max Pol Fouchet décède des suites d’une hémorragie cérébrale à l’hôpital d’Avalon près de Vézelay.

1990, "Max-Pol Fouchet, profil d'une œuvre" CD des Editions Adès réalisé d'Edmond A. Lévy qui fut son collaborateur artistique sur "Terre des Arts", obtient le Grand Prix de la parole enregistrée de l'Académie Charles Cros.

Les vins blancs de Vézelay étaient appréciés par Max Pol Fouchet.

CITATIONS DE MAX POL FOUCHET

Pour que demeure le secret Nous tairons jusqu'au silence.

Les victoires ou les défaites des peuples se mesurent à la seule échelle des civilisations.

Les héros ont réponse à tout.

Il suffit d'un baiser pour apprendre l'amour.

Les défaites de la vie conduisent aux grandes victoires.

LIENS EXTERNES

Les amis de Max Pol Fouchet: http://www.maxpolfouchet.com/

Portrait de Max Pol Fouchet à l'INA: http://www.ina.fr/art-et-culture/litterature/dossier/1700/max-pol-fouchet.20090331.fr.html

Les émissions de télévision de Max Pol Fouchet gardées à l'INA: http://www.ina.fr/recherche/recherche/search/Max+Pol+FOUCHET

La médiathèque Max Pol Fouchet de Chatillon: http://www.bm-chatillon.fr

La médiathèque Max Pol Fouchet de Givors: http://www.mediatheque-givors.net

Le prix Max Pol Fouchet: http://www.atelier-imaginaire.com

L'office de tourisme de Vézelay: http://www.vezelaytourisme.com

La mairie de Vézelay: http://www.ville-vezelay.com/

Contactez nous par téléphone, par e mail ou sur facebook :

webmaster@bookine.net