BIOGRAPHIE DE BLAISE PASCAL

"Pascal (1623-1662) est un génie élitiste qui pense que seul Dieu détermine le destin de chacun"
Frédéric Fabre

LES LIVRES GRATUITS DE PASCAL

19 juin 1623: Blaise Pascal naît rue des Gras à Clermont-Ferrand. L'université de la ville prendra son nom en hommage. Il est le fils d'Étienne Pascal, juriste, passionné de mathématiques et second président de la cour des aides de Clermont et d'Antoinette Begon fille d'un marchand bourgeois. Sa soeur aînée, Gilberte a été baptisée en 1620. C'est elle qui épousera Florin Perier en 1641.

1625: Jacqueline, la soeur cadette de Pascal naît.

1626: Sa mère Antoinette Begon meurt.

1631: En novembre, son père Étienne Pascal, ses deux sœurs Gilberte et lui -même s'installent à Paris rue de la Tissanderie près du quartier du marais. Il décide d’éduquer lui-même son fils qui montrait des dispositions mentales et intellectuelles extraordinaires. Très tôt, Blaise a une capacité immédiate pour les mathématique et les sciences. Il assiste aux conversations fréquentes de son père avec les principaux savants de l’époque : Roberval, Mersenne, Desargues, Gassendi et Descartes.

1633: Son père vend la maison familiale à Clermont.

1634: Étienne Pascal vend sa charge pour tout placer en rentes sur l'hôtel de ville, pensant ainsi assurer l'avenir de la famille. Il se consacre entièrement à l'éducation de ses enfants. Il privilégie l'étude des langues anciennes sur les mathématiques pour lesquels son fils a des dispositions particulières.

1635: Très vite Blaise Pascal fait preuve de dons exceptionnels. A 12 ans, il démontre seul la trente-deuxième proposition d'Euclide qui édicte que la somme des angles d'un triangle est égale à deux angles droits. Stupéfié, son père l'emmène à l'Académie des sciences fondée par le philosophe Marin Mersenne. Ils se réunissent au couvent des minimes place Royale aujourd'hui place des Vosges à Paris. La famille s'installe alors dans l'aristocratique Faubourg Saint Germain près du Luxembourg.

1638: Étienne Pascal, ruiné par les dispositions fiscales du Cardinal de Richelieu, prend part à une manifestation contre le non paiement des rentes de l'hôtel de ville. Il doit quitter Paris avec sa famille pour échapper à la Bastille.

1639: Le 3 avril, à l'issue d'une représentation de l'amour tyrannique de Scudéry, la sœur cadette de Blaise, Jacqueline qui y tient un rôle, dit un compliment bien tourné à Richelieu et obtient ainsi la grâce de son père.

 1640: La famille Pascal  peut alors s'installer à Rouen, où son père est nommé par Richelieu, adjoint de l'intendant de Normandie, chargé de collecter les impôts royaux et la levée des tailles.

Blaise Pascal publie son premier ouvrage : l'Essai sur les Coniques, qui le fait connaître dans le monde des savants français et européens. La majeure partie en est perdue mais grâce à Leibniz, un résultat essentiel et original en reste sous le nom de théorème de Pascal. A lire son travail si précoce et précis, Descartes croie qu’il n'est pas du fils mais du père.

1641: Gilberte, la soeur aînée de Pascal, épouse son cousin Florin Perier. 

1642: Blaise Pascal met au point une machine arithmétique capable d’effectuer des aditions et des soustractions pour aider son père dans le calcul du prélèvement des impôts. Cette invention vaut au jeune prodige une solide renommée dans le domaine des sciences et des techniques. Il en écrit le mode d’emploi: Avis nécessaire à ceux qui auront la curiosité de voir ladite machine et s’en servir. Plusieurs exemplaires sont conservés, en France, au Musée des Arts et Métiers à Paris et au musée de Clermont- Ferrand.

Bien que ce soit le tout début du calcul mécanique, la vente de la "Pascaline" est un échec commercial à cause de son coût élevé de 100 livres. Pascal améliore la conception de la machine pendant encore dix années et en construit une cinquantaine d’exemplaires.

1646: En janvier, le père de Blaise Pascal tombe sur la glace et se démet la cuisse. Il est soigné par deux gentilshommes, les frères Deschamps, qui lui prêtent des ouvrages jansénistes. Pourtant le jansénisme fait déjà l'objet, depuis 1641, de premières condamnations. Blaise Pascal et sa sœur Jacqueline qui ont de fréquentes conversations avec eux durant les trois mois du traitement de leur père, sont ébranlés par les idées jansénistes de ces messieurs de Port Royal.

Sous l'influence des idées de  Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran pourtant disparu en 1643, la famille Pascal lit Le Discours de la réformation de l'homme intérieur écrit en 1628 par Cornelius Jansen qui donne son nom au jansénisme. La famille Pascal lit aussi L'Augustinus du même Cornelius Jansen publié en 1640 et se convertit au christianisme austère.

Cette période constitue ce que l'on a appelé " la première conversion" de Pascal. Il est persuadé que suivre Copernic et Galilée  pour libérer la physique du poids mort d'Aristote et de la Scolastique n’est que la démarche d’une vaine raison si la science ne jette pas l’homme au pied de la Croix.

A l'automne, Blaise Pascal et son père répètent pour la première en France, les expériences de Torricelli sur le vide. La théorie de Torricelli est révolutionnaire car aucun savant n'avait osé remettre en cause jusque-là le concept d'Aristote selon lequel "la nature a horreur du vide".

1647: De février à Avril, Pascal prend part à sa première polémique théologique connue sous le nom d'affaire sainte Ange. Jacques Forton, sieur de Saint-Ange, expose en privé sa conception de la théologie et prétend démontrer rationnellement la Trinité. Il a le tord de le faire auprès de Pascal et de deux de ses amis. Les trois compères rapportent les paroles de Saint-Ange auprès de l'archevêché de Rouen et rédigent un très précis récit de deux conférences ou entretiens particuliers. Saint-Ange doit alors se rétracter et renoncer à ses idées.

Pascal subit un mal nerveux qui le laisse rarement un jour sans souffrance. Les médecins lui recommandent l'arrêt de tout travail intellectuel intensif. Une attaque de paralysie l’atteint au point qu’il ne peut plus se mouvoir sans béquilles. Il a mal à la tête, des maux de ventre, ses jambes et ses pieds sont continuellement froids et demandent des soins pour activer la circulation sanguine. Il porte des bas trempés dans de l’eau-de-vie pour se réchauffer les pieds. Il s'installe rue Brisemiche près de l'Eglise Saint Merri à Paris avec sa sœur Jacqueline. Sa santé s’améliore mais son système nerveux est perturbé. Il est sujet à une profonde hypocondrie qui affecte son caractère et sa philosophie. Sujet à des accès de colère impérieuse, il est devenu irritable et sourit rarement.

Pascal rencontre Descartes, mais les deux hommes ne peuvent se mettre d'accord sur la question du vide.

1648: En juillet, son père revient à Paris. La famille s'installe rue de Touraine dans le quartier du Marais. Pascal rencontre Descartes qui lui inspire les expériences du Puy-de-Dôme sur la pression atmosphérique.

En août, la Fronde contre la Monarchie débute. La famille Pascal la désapprouve.

Le 1er septembre, Blaise Pascal fait réaliser au sommet du Puy de Dôme, par son beau-frère Florin Perier, une expérience qui confirme les variations de la pression atmosphérique.

Le 19 septembre, Pascal renouvelle l'expérience dans la Tour Saint Jacques de la Boucherie.

En octobre, fort de ces deux expériences, Pascal publie le récit récit de la Grande Expérience de l'équilibre des liqueurs. Il conclue "La nature n'a aucune répugnance pour le vide (-) tous les effets qu'on a attribués à cette horreur, procèdent de la pesanteur et pression de l'air" 

1649: La famille Pascal fuit les troubles de la Fronde et retourne à Clermont Ferrand pour se faire loger chez les Perier. Pascal continue ses expériences alors que Jacqueline s'enfonce dans une crise mystique.

1650: En novembre, la famille Pascal revient à Paris.

1651: Pascal travaille sur son traité du vide dont il ne nous reste que la préface.

Le 24 septembre, le père de Pascal meurt. Suivant l'usage de l'époque, Jacqueline laisse sa part d'héritage à Pascal qui en retour, lui verse une rente viagère. La famille doit quitter la rue de Touraine pour s'installer rue de Beaubourg.

Le 17 octobre, Pascal écrit à sa sœur Gilberte, deux lettres de consolation dans lesquelles il émet des préceptes de conduites particulières pour ce deuil familial et développe une réflexion sur la nature de la mort. Ces deux lettres seront publiées à titre posthume, en 1670, avec les Pensées, sous le titre de Pensées sur la mort.

1652: Le 4 janvier, Jacqueline Pascal se retire à Port-Royal de Paris comme novice. Elle ne l'a pas fait avant car elle subissait l'opposition de son père. Pascal accepte mal qu'elle transgresse les souhaits de leur père. Au moment où elle doit passer ses voeux définitifs, il lui refuse une dote de nonne nécessaire pour lui offrir une place importante.

Pascal poursuit ses travaux scientifiques et termine sa pascaline. Il écrit à la reine Christine de Suède au sujet de sa machine à calculer.

Riche et célèbre, il mène une période de vie mondaine, avec notamment le chevalier de Méré et le riche Damien Mitton. Il prend une maison somptueusement meublée, avec beaucoup de domestiques et se fait conduire dans Paris avec une voiture tirée par quatre ou six chevaux. Il passe son temps en compagnie de beaux esprits, de femmes et de joueurs qui lui inspirent son travail sur les probabilités. Il fait des aller - retour à Clermont Ferrand pour séduire une jolie précieuse qu’il appelle la « Sapho de la campagne ». Le Discours sur les passions de l'amour a été longtemps attribué  à Pascal alors qu'il est l'œuvre du chevalier de Méré

1653: Le 5 juin, au moment où le pape Innocent X condamne cinq propositions de l'Augustinus de Jansénius, Pascal accepte enfin de constituer une dote pour Jacqueline qui peut faire sa profession de foi. Elle devient soeur Sainte Euphémie.

Il continue à mener à la fois une vie mondaine intense et une intense activité scientifique. Il rédige Le Traité du triangle arithmétique publié à titre posthume en 1665 mais acquiert une solide réputation de libertin.

1654: Jacqueline lui reproche sa frivolité et prie pour qu’il change de vie. Durant les visites à sa sœur à Port Royal, il montre du mépris pour les affaires du monde mais il n’est pas attiré par Dieu.

En septembre, il fait part de son dégoût du monde à Jacqueline : "un grand mépris du monde et un dégoût insupportable de toutes les personnes qui en sont". Ses propos sont repris dans une lettre de Jacqueline de Sainte Euphémie à sa soeur, Madame Perier.

Le 1er octobre, il se rapproche du monastère de port Royal de Paris en venant habiter près du Luxembourg au 54 de l'actuelle rue Monsieur le Prince.

Début Novembre, il a un accident sur le Pont de Neuilly où les chevaux plongent par-dessus le parapet. La voiture est près de les suivre mais l’attelage se rompt et la voiture reste en équilibre sur le bord du pont. Pascal et ses amis sortent vivants. Le philosophe hypersensible, terrifié par la proximité de la mort, s’évanouit et reste inconscient durant quinze jours.

La nuit du 23 Novembre, entre dix heures et demi et minuit et demie, Pascal connaît une illumination "d'extase mystique" qui va bouleverser son existence. Il écrit immédiatement pour lui-même en une note brève, appelé le Mémorial qui commence par "Feu. Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob, pas des philosophes ni des savants" avant d'affirmer la certitude de sa foi et son engagement envers le Christ : "Certitude, certitude, sentiment, joie, paix. Joie, joie, joie, pleurs de joie". Il conclut par une citation du Psaume 119,16: «Je n’oublierai pas ces mots. Amen.» Il coud soigneusement ce document dans son manteau et le transfère toujours quand il change de vêtement. Un serviteur le découvrira par hasard après sa mort. Cet épisode constitue la "seconde conversion" de Pascal.

Cette expérience mystique est décrite par sa sœur Gilberte comme un double renoncement, à la vie du monde et ses plaisir empestés, mais aussi aux sciences humaines notamment physiques et mathématiques vaines par rapport à la science divine.

1655: Du 7 au 28 janvier, il fait une retraite à Port Royal des Champs qui ne forme qu'une seule abbaye avec le monastère de Paris.

Il rédige l'Abrégé de la Vie de Jésus-Christ et en automne, les deux versions de l'Esprit de géométrie, textes essentiels sur la logique et la rhétorique de Pascal.

En décembre, il débute ses écrits sur la Grâce Divine.

1656: En janvier, il fait son second séjour à Port Royal des Champs pour finir ses lettres sur la Grâce Divine. Il y rencontre Antoine Arnauld. Il vole à son secours dans la querelle qui l'oppose aux jésuites et à la Sorbonne. C'est la première lettre des Provinciales qui parait le 23 janvier. Son titre complet est "Lettre escrite à un provincial par un de ses amis sur le sujet des disputes présentes de la Sorbonne".

Ces lettres fictives sont adressées à un ami provincial qui n'est autre que Nicolas Pavillon, évêque d'Alet formé chez les lazaristes de Saint Sulpice et élève de Saint Vincent de Paul. L'évêché d'Alet est le plus petit d'Europe créé pour lutter contre les cathares. Il sera rattaché à l'Evêché de Carcassonne sous le premier empire. Nicolas Pavillon est directement lié au mystère de Rennes le Château situé à quelques kilomètres d'Alet les Bains et à l'origine de la fortune de l'intendant Fouquet.

17 lettres suivront et seront publiées une par une et anonymement. Il y défend la rigueur du jansénisme, notamment à partir de la question fondamentale de la grâce . La première lettre paraît le 23 janvier.

Le 24 mars, Marguerite Perrier, la filleule de Pascal et fille de sa sœur Gilberte, est guérie miraculeusement d'une fistule purulente à l'œil gauche dont elle souffre depuis longtemps. Alors que rien ne pouvait la guérir et qu'elle était promise à une mort prochaine, le contact de la Sainte-Épine, relique de la couronne du Christ conservée à Port-Royal, la guérit instantanément. Paris est impressionné par ce miracle qui donne un avantage certain aux jansénistes contre les jésuites. Pascal écrit sur le miracle, de nombreuses réflexions qui seront la source et l'objet des Pensées.

En août, "Le Rabat - Joie des Jansénistes" est publié par le jésuite Annat pour tenter de détruire l'avantage du miracle.

Le 26 octobre, Pascal écrit une lettre à Charlotte de Roannez sur le Dieu caché, une des clefs des pensées.

1657: Le 11 mars, la bulle Ad Sacram du pape Alexandre VII condamne les cinq propositions "au sens de Jansénius" sans en préciser le sens.

Le 17 mars, l'Assemblée du clergé décide d'imposer aux prêtres et aux religieuses, la signature d'un formulaire antijanséniste.

Le 24 mars, la dix-huitième et dernière lettre Provinciale est  publiée.

Le 18 octobre, les Provinciales sont condamnées par le pape et mises à l'index.

En décembre, contre Les Provinciales parait l'Apologie pour les casuistes du père jésuite Pirot.

1658: En janvier, Pascal découvre les solutions du problème géométrique de la cycloïde.

Au printemps, Il rédige "La conversion du pêcheur et de la Comparaison des chrétiens des premiers temps avec ceux d'aujourd'hui".

En mai, il écrit le cinquième écrit des curés de Paris qui recueille des signatures en faveur des jansénistes le 11 juin. Cette lettre aboutit à la condamnation de l'Apologie pour les casuistes.

En juin, il contacte par lettre circulaire les savants de l'Europe sur le problème de la cycloïde. Il débute ainsi une controverse scientifique.

En juillet, il écrit l'Art de persuader.  

En octobre, Pascal expose lors d'une conférence à Port-Royal l'Apologie de la religion chrétienne, sorte de brouillon des Pensées.

Il rédige aussi l'Entretien avec Monsieur de Saci sur Épictète et Montaigne daté faussement de 1655.

1659: Il rédige ses impressions sur les traités européens sur la cycloïde et sur un traité qui fonde le calcul infinitésimal.

A partir de février, Pascal tombe gravement malade. Il ne peut même plus répondre aux lettres.

En novembre, il compose "La Prière à Dieu le bon usage des maladies".

1660: De mai à septembre, Pascal se rend à Clermont Ferrand se reposer chez sa soeur Gilberte. Il y écrit une grande partie des Pensées.

1661: Grâce à ses connaissances en hydrostatique, il participe à l’assèchement des marais poitevins, à la demande du Duc de Roannez.

Le 1er février, la polémique s'enfle entre les jansénistes et l'assemblée du clergé de France. Cette dernière impose la signature d'un formulaire à tout prêtre ou religieux.

Le 13 avril, la mesure de la signature du formulaire est validée par le Conseil d'Etat. Les petites écoles de Port Royal sont éparpillées. Les novices sont interdites d'entrer au monastère de Port Royal.

Arnaud et Nicole, deux des figures théologiques de Port Royal sont prêts à se soumettre, mais Pascal s'y oppose fermement dans un Ecrit sur la signature du formulaire. Port Royal ne le suit pas. Jacqueline accepte aussi de se soumettre.

Le 4 octobre, sa sœur Jacqueline meurt d'une péritonite. Pascal décide de stopper la polémique afin de plus se consacrer qu'à Dieu.

1662: Le 18 mars, Pascal invente avec le Duc de Roannez, la première ligne de "transports en commun", convoyant les passagers dans Paris avec "des carrosses à cinq sols" munis de plusieurs sièges.

En juin sa maladie s'aggrave. Conscient du fait qu'il a peu de chances de survivre, il songe à trouver un hôpital pour les maladies incurables, mais ses médecins le déclarent intransportable.

Le 29 juin, il est amené chez sa soeur Gilberte Perier au faubourg Saint Marcel, dans sa paroisse de Saint Etienne au Mont.

Le 19 Août, Pascal s'éteint 2 mois après son trente-neuvième anniversaire, à 1 heure du matin, après avoir prononcé ces dernière paroles : Que Dieu ne m'abandonne jamais !

Le 21 Août, il est enterré près d'un pilier de l'Eglise de Saint Etienne au Mont. Selon Gilberte Perier, l'autopsie révèle que "le crâne ne comportait aucune trace de suture autre que la lambdoïde… avec une abondance de cervelle, dont la substance était si solide et si condensée…".

1665: Le Traité du triangle arithmétique est publié à tire posthume.

IMPRIMEZ LA BIOGRAPHIE

PUBLICATIONS DES PENSEES DE PASCAL

1670: Le 2 janvier, les Pensées de Pascal sur la religion et sur quelques autres sujets, sont publiées par sa soeur Gilberte avec une préface d'Etienne Perier. C'est la fameuse édition appelée de Port Royal ou première copie.

1678: La deuxième édition des Pensées augmentée d'une quarantaine de pièces, est à nouveau publiée. Elle sera lue pendant près d'un siècle. C'est la deuxième copie.

1684: Gilberte Perier avait écrit une vie de Pascal qui est publiée à son insu à Amsterdam chez le libraire Abraham Wolfgang.

1740: Le Mémorial est publié pour la première fois dans le Recueil de plusieurs pièces pour servir à l'histoire de Port Royal dit Recueil d'Utrecht.

1776: Condorcet publie une nouvelle édition des Pensées de Pascal.

1778: Condorcet publie une seconde édition des Pensées annotées de Voltaire.

1779: L'abbé Bossut publie une nouvelle édition répartie en fragments profanes et en fragments religieux. Cette édition s'impose jusqu'à celle de Brunschvicg.

1844: Sur la demande de Victor Cousin, Faugère publie une édition des Pensées de Pascal en recherchant le texte exact et en rompant avec les améliorations de Port  Royal.

1897: Les éditions Brunschvicg répartissent les fragments des Pensées en 14 sections. Cette édition s'impose jusque 1977.

1962: Jean Mesnard publie 14 Pensées inédites dans ses oeuvres complètes de Pascal.

1977: La collection la Pléiade publie les Pensées de Pascal conforme à la première copie et améliorant l'édition Lafuma de 1951.

1991: L'Edition Sellier publie une seconde édition, la première date de 1976, en intégrant à la deuxième copie, les apports décisifs de Pol Ernst auteur de Géologie et stratigraphie des Pensées. C'est l'édition qui s'impose aujourd'hui.

LES LIVRES GRATUITS DE PASCAL

LE JANSENISME AU XVIIe SIECLE

Le jansénisme doit son nom à l'évêque d'Ypres Cornelius Jansen (1585- 1638) dit Jansenius, auteur de son texte fondateur l'Augustinus, publié à titre posthume en 1640. Le jansénisme prend son essor sous les règnes de Louis XIII et Louis XIV et demeure un courant important sous ceux de ses successeurs. C'est d'abord une réflexion théologique centrée sur le problème de la grâce divine, avant de devenir une force politique qui veut réorganiser l'Eglise catholique et fixer la place du clergé et des chrétiens dans la société.

En France, le jansénisme est représenté par Jean-Ambroise Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran correspondant de Jansenius qu'il a rencontré à Louvain. Il sera protégé par la puissante famille de noblesse de robe, la famille Arnaud qu'il a convertie. Mettant en pratique sa vision augustinienne du Salut, il devient le directeur spirituel de l'abbaye de Port Royal et de son abbesse, Angélique Arnauld. L'abbaye de Port Royal située à Paris est disparue mais il reste l'abbaye de Port Royal des Champs située dans la vallée de Chevreuse.

Le jansénisme est au XVIIIe siècle, la doctrine de la révolte des parlements contre le pouvoir royal. Les Pensées de Pascal est le livre le plus lu des membres du parlements. Sous la révolution, les jansénistes se rallieront tout de suite au tiers état et imposeront avec l'abbé Grégoire, leur vision gallicane de l'Eglise par la constitution civile du clergé.

LA GRACE DIVINE ET LE SALUT

L'essentiel des débats ayant abouti au jansénisme porte sur les relations entre la grâce divine que Dieu accorde aux hommes et la liberté humaine dans le processus du Salut.

Les jansénistes pensent que l''homme est prédestiné et n'est sauvé que par la "grâce de Dieu". Peu importe ses choix et son libre arbitre limité par la faute originelle d'Adam.

Les jésuites pensent que l'homme conserve son "libre arbitre" puisque le baptême lave de tout péché originel. L'homme a la liberté de choisir entre le bien et la voie de Dieu ou le mal et l'enfert.

Voici les sources de cette discussion philosophique et théologique:

SAINT AUGUSTIN (354-430) originaire de l'actuelle Algérie, après une jeunesse tumultueuse, il se convertit au catholicisme est devient évêque d'Hyppone et docteur de l'Eglise.

Il déclare que Dieu est le seul à décider à qui il accorde ou non sa grâce. Les bonnes ou mauvaises actions de l'Homme par conséquent sa volonté et sa vertu, n'entrent pas en ligne de compte, puisque le libre arbitre de l'Homme est réduit à néant par la faute originelle d'Adam. Dieu agit sur l'Homme par l'intermédiaire de la grâce efficace, donnée de telle manière qu'elle atteint infailliblement son but, sans pour autant détruire la liberté humaine. L'Homme a donc un attrait irrésistible et dominant pour le bien, qui lui est insufflé par l'action de la grâce efficace.

PELAGE (350-420) originaire de Bretagne Romaine, il se rend à Rome assiste au pillage de Rome par les Wisigoth en 410, se rend en Afrique du Nord pour rencontrer Saint Augustin qu'il rencontre non pas à Hyppone mais à  Cartage. Il a une autre vision que lui sur la grâce:

Il prétend que l'homme peut, par son seul libre arbitre, s'abstenir du péché et pratiquer la vertu. Il nie la nécessité de la grâce. Chacun est libre de choisir, Dieu accueille tous les êtres humains pourvu qu'ils choisissent le bien !

SAINT THOMAS D'AQUIN (1225-1274) est le théologien des dominicains, docteur de l'église célèbre pour la somme théologique.

Il pense que chaque être humain à une part divine en lui. Par conséquent, la grâce divine était proposée à tout homme mais que chaque individu peut l'accepter ou la refuser. Chaque être humain garde son libre arbitre. Il choisit en toute liberté, soit la voie du bien soit la voie du mal. Il écrit dans la somme théologique: "L’homme possède le libre arbitre, ou alors les conseils, les exhortations, les préceptes, les interdictions, les récompenses et les châtiments seraient vains."

LES PROTESTANTS

Martin Luther (1483-1546) considère que l'homme est corrompu par le péché originel et que seule la Foi donnée librement ou pas par Dieu permet d'être réceptif à la grâce divine. Dieu le père accueille l’homme pécheur qui s’abandonne à lui. Le seul lien possible entre Dieu et les hommes est la Foi. Les actes ne peuvent donc rien à eux seuls : il ne sert à rien d’être charitable, généreux, pieux… si l’on n’a pas la Foi. Il faut d’abord s’abandonner à Dieu pour ressentir la Foi ; les actes viendront ensuite d’eux-mêmes, ainsi que le Salut.

Par conséquent, l’homme n’a qu’un seul guide infaillible pour trouver le bon chemin, c’est la Parole de Dieu. L' homme est rendu capable par la puissance de l’Évangile d’abandonner son péché pour trouver sa liberté en Christ. Dieu, le seul être entièrement libre puisque l'homme est souillé par le péché originel donne à chaque homme la possibilité d’accepter où de refuser la Parole et la Foi.

Calvin (1509-1564) lie la grâce et le salut. Celui qui n'a pas reçu la grâce ne peut être sauvé. Le libre-arbitre de l'Homme est donc totalement nié. Les calvinistes mettent en avant la prédestination de l'Homme, et ne lient pas explicitement grâce et libre-arbitre. La grâce est ce qui permet à l'Homme d'être sauvé ou non, mais l'Homme ne peut de toutes façons y résister puisque Dieu décide à qui il la donne et que sa volonté est toute puissance et agissante. Pour savoir si Dieu a choisi un homme ou une femme. Il suffit de regarder pour savoir s'il connaît ou non le bonheur et s'il "réussit ou non sa vie".

LE CONCILE DE TRENTE (1542-1463)

Le concile appelé en 1542 par le pape Paul III pour lutter contre les thèses protestantes, ne débutent qu'en 1545 et après de multiples coupures et transport en d'autres lieux se termine en 1463. Le concile marque la coupure entre la pensée médiévale de Saint Thomas d'Aquin et l'âge classique de l'Eglise. 

Le dogme du péché originel est défini lors de la Ve session du 17 juin 1546. S'il touche tous les hommes, il est effacé par le baptême : « en ceux qui sont nés de nouveau, rien n'est l'objet de la haine de Dieu. » Par ce décret, le concile s'oppose résolument aux thèses protestantes d'une nature humaine irrémédiablement corrompue : l'homme n'est plus intrinsèquement pécheur, mais entraîné au péché par la concupiscence, auquel il se doit de résister.

Le concile aborde ensuite, dans sa VIe session du 13 janvier 1547, le problème de la « justification », c'est-à-dire des modalités du salut. Dans un très long texte de 16 chapitres et 33 canons, le concile explique que la foi est à l'origine du salut de l'homme. Cependant, « personne ne peut savoir, d'une certitude absolue de foi excluant toute erreur, qu'il a obtenu la grâce de Dieu » : L'homme doit donc lutter sans cesse, et progresser dans la foi par ses œuvres et une administration régulière des sacrements. Le sacrement de pénitence permet ainsi au chrétien d'être de nouveau justifié s'il s'est laissé aller à la concupiscence.

LES JANSENISTES

Il reprennent les positions de Calvin.  Ils seront appelés, une secte protestante à l'intérieur de l'Eglise:

Celui qui n'a pas reçu la grâce divine ne peut être sauvé. Le libre-arbitre de l'Homme est donc totalement nié. Les calvinistes mettent en avant la prédestination de l'Homme, et ne lient pas explicitement grâce et libre-arbitre. La grâce "suffisante" est ce qui permet à l'Homme d'être sauvé ou non, mais l'Homme ne peut de toutes façons y résister puisque Dieu décide à qui il la donne et que sa volonté est toute puissance et agissante. Toutefois, l'élu choisi par Dieu doit suivre les préceptes d'une vie chrétienne et mener une vie austère. Sinon Dieu peut le rejeter car la grâce efficace n'est accordée qu'après une vie en Dieu !

Il y a donc ceux qui n'ont pas la grâce suffisante, ils ne peuvent pas être sauvés même après une vie austère, en Dieu.

Il y a ceux qui ont la grâce et qui ne mènent pas une vie en Dieu, ils ne recevront pas la grâce "efficace" et ne seront pas sauvés.

Enfin, il y a ceux qui ont la grâce et qui mènent une vie austère en Dieu, ils recevront la grâce "efficace" et seront sauvés. Le pari de Pascal est donc de mener une vie en Dieu pour avoir une chance d'être sauvé. Les libertins répondront qu'il vaut mieux profiter du monde tout de suite puisque Dieu n'est pas certain.

LES JESUITES

Les jésuites craignent que le principe de la prédétermination décourage les chrétiens qui ne se sentiraient pas élus de Dieu.

Ils reprennent la position de Saint Thomas d'Aquin qu'ils font nommer docteur de l'Eglise en 1567.

 Ils pensent que chaque être humain à une part divine en lui. Par conséquent, la grâce divine était proposée à tout homme mais que chaque individu peut l'accepter ou la refuser. Chaque être humain garde son libre arbitre. Il choisit en toute liberté, soit la voie du bien soit la voie du mal.

Les jésuites combattent le jansénisme sur un autre point. Le jansénisme devient une église de France sur le modèle l'église anglicane en Angleterre et non pas une église en France soumise au pape.

 

UN CLIN D'ŒIL DANS LA LITTERATURE DU XXème SIECLE

La canadienne Antonine Maillet publie chez Grasset en 1979 Pélagie la Charrette qui nous conte les pérégrinations de Pélagie Blanc qui lors du grand dérangement des acadiens en 1755, a du fuir avec plusieurs de ses concitoyens de son village, l'autorité anglaise. Dans leurs pérégrinations sur le continent nord américain, ils assistent à la guerre d'indépendance et tentent de trouver un nouvel endroit pour vivre sans rien obtenir. Elle et sa communauté sont persécutés et sont obligés de fuir continuellement sans pouvoir trouver racine sur une terre. Si à bord de sa charrette, elle peut choisir sa route et son destin comme le propose Pélage, elle ne retrouve un sens à sa vie qu'en 1779 quand elle rentre en Arcadie. Elle était prédestinée à vivre uniquement sur la terre des ses ancêtres. Pélagie la Charrette qui a reçu le prix Goncourt est en ce sens, une œuvre pascalienne !   

LIENS EXTERNES

LE CATECHISME DU CONCILE DE TRENTE: http://catechisme.free.fr/trente/index.html

LE TEXTE DU CONCILE DE TRENTE:

http://lesbonstextes.ifastnet.com/trentetabledeschapitres.htm

HISTOIRE DU JANSENISME AU XVIIe SIECLE:

 http://www.port-royal-des-champs.eu/Histoire/Histoire_jansenisme17e.htm

LE MUSEE DE PORT ROYAL DES CHAMPS: http://www.port-royal-des-champs.eu/

LES AMIS DE PORT ROYAL: http://www.amisdeportroyal.org/

L'UNIVERSITE PASCAL: http://www.univ-bpclermont.fr/

LA MAIRIE DE CLERMONT FERRAND: http://www.clermont-ferrand.fr/Blaise-PASCAL.html

PASCAL ET LEIBNIZ: http://www.erwan.net/philosophie%20leibniz.htm

LA VERITE CHEZ PASCAL: http://www.unpoissondansle.net/rr/9703/index.php?i=2

LA FOI CHEZ PASCAL: http://www.iesr.ephe.sorbonne.fr/index.html?id=4397

CENTRE INTERNATIONAL PASCAL: http://odalix.univ-bpclermont.fr/Accueil.htm

PASCAL EN AUVERGNE: http://www.auvergne-centrefrance.com/dossiers_histoire/blaise_pascal.htm

D'Autres Biographies de Blaise PASCAL

DES LYCEES PORTENT LE NOM BLAISE PASCAL POUR LUI RENDRE HOMMAGE

LE LYCEE BLAISE PASCAL D'ORSAY :  http://www.lyc-pascal-orsay.ac-versailles.fr

LE LYCEE BLAISE PASCAL DE BRIE COMTE ROBERT: http://www.blaisepascalbrie.ac-creteil.fr/

LE LYCEE BLAISE PASCAL DE ROUEN : http://lycees.ac-rouen.fr/pascal/

LE LYCEE BLAISE PASCAL DE CLERMONT FERRAND : http://lycee.blaisepascal.fr/

LE LYCEE BLAISE PASCAL D' AMBERT : http://www.lyc-ambert.ac-clermont.fr/

LE LYCEE BLAISE PASCAL DE CHATEAUROUX : http://legt-pascal-chateauroux.tice.ac-orleans-tours.fr/

LE LYCEE BLAISE PASCAL DE SAINT DIZIER : http://www.lyc-blaise-pascal.ac-reims.fr/

LE LYCEE BLAISE PASCAL DE COLMAR : http://www.lycee-pascal-colmar.net/

LE LYCEE BLAISE PASCAL DE FORBACH : http://www.blaise-pascal-forbach.fr/

LE LYCEE BLAISE PASCAL DE LONGUENESSE :  http://www5.ac-lille.fr/~longuenesseci/

LE LYCEE BLAISE PASCAL DE SEGRE : http://lyc-pascal-49.ac-nantes.fr/

LE LYCEE BLAISE PASCAL DE SAINT JEAN D'ANGELY : http://lp-blaisepascal.net/

LE LYCEE BLAISE PASCAL DE CHARBONNIERE LES BAINS : http://www2.ac-lyon.fr/etab/lycees/lyc-69/bpascal/

LE LYCEE BLAISE PASCAL DE DANANG AU VIET NAM : http://www.blaisepascaldanang.fr/spip/

LE LYCEE BLAISE PASCAL D'ABIDJAN EN COTE D'IVOIRE : http://www.blaisepascal.ci/

LE LYCEE BLAISE PASCAL DE LIBREVILLE AU GABON  : http://www.lyceelbv.org/

LE LYCEE BLAISE PASCAL DE MOHAMMEDIA AU MAROC : http://www.lyceepascal.com/

Contactez nous par téléphone, par e mail ou sur facebook :